Pause (Fabcaro)

Fabcaro © La Cafetière – 2017

Comment rebondir après le succès de « Zaï Zaï Zaï Zaï » ? Comment parvenir à réaliser un album qui soit aussi bien accueilli par le public, qui soit aussi percutant en termes de contenu… ? Comment faire quand la page blanche vous renvoie chaque jour son vide intersidéral ?

Fabcaro est livré à lui-même et n’a plus aucun garde-fou. Le public est conquis, les éditeurs lui donnent carte blanche et que le sujet qu’il propose soit totalement loufoque ou on ne peut plus sérieux, il est désormais en roue libre. Un excès de confiance dont il devrait se réjouir et pourtant, cela a sur lui l’effet inverse… Il cherche et tente de forcer les idées de scénario à sortir mais il ne peut constater que rien ne vient. A croire que le succès de son dernier album l’a pris de court et que la consécration artistique ne fait que renforcer ses angoisses.

Habitué de l’autobio (« Steak it easy », « Carnet du Pérou »…), il donne pourtant l’impression d’arriver au bout de ce qu’il acceptait de raconter de lui-même et s’est entiché de l’effet de surprise provoqué par « Zaï Zaï Zaï Zaï ». Quoi de plus normal que de vouloir retrouver ce plaisir d’inventer une intrigue de toutes pièces ? Quoi de plus grisant de se laisser porter par les rebondissements – versant par ailleurs dans une critique piquante de la société de consommation et de ses travers – qu’il était parvenu à inventer.

Rebondir … mmhh… pas évident.

– Et si l’inspiration revenait pas ? T’y as pensé ?
– Ah Ah, t’es fou ça revient toujours ça…

Pause – Fabcaro © La Cafetière – 2017

Page blanche. Trouver un sujet à attraper, pas de thème, pas de trame, foutraque et foutoir, il cherche, creuse, cherche un os à ronger, n’en trouve pas, en trouve un et le laisse, tente, cherche… hésite. Ce qui au final donne lieu à un album hybride proposant une succession d’anecdotes du quotidien entrecoupées d’idées plus ou moins fructueuses, plus ou moins subtiles… d’idées fantaisistes qui ne l’intéresse parfois pas.

C’est plutôt une sorte de carnet de route de cette période un peu flottante…

Un album très agréable à lire et malgré les difficultés rencontrées par Fabcaro, il y a ici une bonne humeur dont on profite à chaque instant. L’autodérision est le meilleur moyen de contourner le problème et bien que l’auteur semble conclure qu’il n’a plus rien à dire… ce n’est pas l’impression qui domine en sortant de cette lecture.

Noukette a bien aimé également ; je vous laisse lire sa chronique.

Pause

One shot
Editeur : La Cafetière
Collection : Corazon
Dessinateur / Scénariste : FABCARO
Dépôt légal : avril 2017
64 pages, 13 euros, ISBN : 978-2-84774-025-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pause – Fabcaro © La Cafetière – 2017

La « BD de la semaine » est aussi chez :

Noukette :                                 Enna :                                        Enna :

Mylène :                                  Jérôme :                                   Blandine :

Sabine :                                Amandine :                                 Antigone :

Natiora :                                Gambadou :                                   Hélène :

Ludo :                                        Laeti :                                         Sophie :

Jacques :                                   Caro :                                      Karine :

Fanny :                                    Faelys :                                       Bouma :

EstelleCalim :                              Soukee :

.

Steak it Easy (Fabcaro)

Fabcaro © La Cafetière Editions - 2016
Fabcaro © La Cafetière Editions – 2016

« Une BD sur mes problèmes de communication ? »

En 2004, Fabcaro prend contact avec les éditions La Cafetière lors du festival d’Angoulême. Il lui remet un projet, l’éditeur accroche avec son style et ce contact marque un réel tournant dans sa vie. Le premier album, « Le Steak haché de Damoclès » est publié un an plus tard. Sa timidité et son manque de confiance le mettent à mal dans son quotidien. Les rapports qu’il a avec son entourage sont compliqués, il ressent de la gêne, il n’ose pas dire les choses et en tentant de dépasser ses angoisses, il s’enlise dans les maladresses et les malentendus. Avec les années, la gêne qu’il ressent est de plus en plus forte. Sa compagne lui suggère d’écrire un album pour parler de ses névroses ; dubitatif, il se plie tout de même à l’exercice. En acceptant de regarder dans le rétro, Fabcaro remonte à la source de « ses problèmes ». Quel a été l’événement déclencheur qui l’a conduit à mettre le doigt dans un engrenage désagréable, se sentant toujours un peu décalé dans les échanges avec son entourage… pourquoi se voit-il comme un OVNI et comment dépasser cette fichue difficulté à assumer ses opinions, à s’assumer.

S’il fallait choisir arbitrairement la genèse d’une vie placée toute entière sous le signe du malentendu, je la daterais vers l’âge de sept ans, quand ma mère me confia ma première course : une baguette. (…) Voilà comment je revins chez moi avec un steak haché alors que j’étais parti acheter du pain.

Une catharsis en quelque sorte. Adieu la timidité, la gêne et l’hésitation ??

Le premier album édité, il poursuit dans le genre en réalisant « Droit dans le mûr » que La Cafetière publiera en 2007. On pouvait espérer que le premier album lui aurait permis de dépasser certains blocages… mais ce n’est pas tout à fait le cas. Les tics de langage qu’il avait pour habitude d’utiliser sont maintenant connus de son entourage et ça le confronte à d’autres problèmes. Son entourage l’interpelle joyeusement et ouvertement sur les anecdotes qu’il a racontées et ça n’est pas pour arranger les choses.

« Alors comme ça tu t’es emmerdé à mon mariage ?! Sympa… »

Ce qui le conduit à se poser de nouvelles questions…

Finalement, je me demande si l’autobio pour soigner les problèmes relationnels n’est pas la pire des solutions.

Les complexes restent et l’amènent souvent à s’exprimer de manière inappropriée, à préférer le mutisme plutôt que d’oser participer à une conversation, à bafouiller, à cafouiller, à prononcer des phrases absurdes genre « je suis plumé comme une enclume » et on pourrait facilement l’imaginer en train de mélanger les mots quitte à en prononcer de nouveaux, saugrenus et irréels… imaginons-en un improbable… genre… « cuféder ». (N.D.A. : Finger in the nose)

Arrive en fin d’intégrale « Like a Steak machine ». Au rythme d’une anecdote par page, Fabcaro nous fait profiter de ses références musicales, parfois surprenantes. Partant du principe que certains souvenirs sont marqués au fer rouge par une chanson. « La situation et sa bande son sont inextricablement liées, imprimées à vie, sans qu’on sache toujours pourquoi… ». De Thiéfaine à Elsa en passant par les Floyd, les Red Hot Chili Peppers ou Iron Maiden… gros retour en arrière pour des sons qui ont bercé toute une génération (la mienne, ce qui augmente le plaisir).

PictoOKCet ouvrage regroupe trois titres de Fabcaro : « Le Steak haché de Damoclès » (2005), « Droit dans le mûr » (2007) et « Like a Steak machine » (2009). Trois ouvrages autobiographiques. Une très bonne mise en jambe pour découvrir son univers, son humour et son goût prononcé pour l’autodérision.

Dédicace - Angoulême, Janvier 2017
Dédicace – Angoulême, Janvier 2017

Autres albums de Fabcaro sur le blog : « Zaï Zaï Zaï Zaï », « Carnet du Pérou », « -20% sur l’esprit de la forêt », « La Bredoute ».

la-bd-de-la-semaine-150x150Aujourd’hui, la « BD de la semaine » s’est posée chez Moka.

Un petit clic pour découvrir les pépites des autres participants.

Steak it easy

One shot
Editeur : La Cafetière
Collection : Corazón
Dessinateur / Scénariste : FABCARO
Dépôt légal : septembre 2016
144 pages, 19 euros, ISBN : 978-2-84774-024-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Steak it Easy – Fabcaro © La Cafetière Editions – 2016

Hong Kong love story (Hendriks)

Hong Kong Love Story
Hendriks © La Cafetière & Vertige Graphic – 2004

Tomoyo est une actrice japonaise reconnue, la trentaine (je pense). Elle doit se rendre à HONG-KONG pour le tournage d’un film. C’est la première fois qu’elle revient à Hong-Kong depuis le décès de son ex… la démarche est donc douloureuse.

La couverture m’avait invité à la lecture de ce One-Shot au graphisme agressif.

Une ambiance bizarre. L’auteur a quelques difficultés à maîtriser les repères spatiaux et ses découpes avant-plan / arrière-plan ne sont pas très efficaces. Les traits des personnages sont anguleux et grossiers. Rapidement, l’austérité de cet ouvrage se fait pesante. Des personnages difficilement accessibles au point que l’on se demande s’ils souhaitent réellement être découverts. Des phrases trop succinctes dans les premiers paragraphes, on ne comprend rien, ces gens ne sont pas abordables. Les personnages n’ont aucune pudeur, aucun tabou, et une méconnaissance des choses et des gens qui ne gravitent pas dans leur quotidien habituel. Ils sont bourrés de préjugés et d’images d’Épinal. Qu’est-ce donc que cette caricature ??!!

Des planches présentant une action qui peut se dérouler dans un « espace temps » très imprécis. La lecture est parfois assez saccadée : on revient en arrière, on reprend la lecture de la planche en court, on feuillette rapidement pour voir si le chapitre a réellement quelque chose à apporter… on repose le livre sur la table de chevet car c’est certain, cette lecture peut bien attendre demain !

On ne comprend pas où on veut nous mener ni ce que l’on souhaite nous dire. A quelques reprises, la clé de la compréhension de situe dans les deux dernières cases d’un chapitre… ce qui a l’effet de procurer un plaisir lié à « ça y est, il commence à y avoir un intérêt à poursuivre la lecture », plaisir immédiatement stoppé par le début du chapitre suivant.. où on ne comprend de nouveau rien. Je n’ai vraiment rien trouvé d’harmonieux et d’agréable dans cette lecture.

En lisant la bio de HENDRIKS, j’ai compris après avoir lu cet album, que d’autres one-shot du même auteur mettaient en scène Tomoyo (le personnage principal). La connaissance des autres albums de la série Tomoyo donc, dont le premier est paru 10 ans avant Hong Kong love story, auraient peut être éclairé ma lanterne de lectrice, quoique… je suis vraiment sceptique sur ce genre de personnages.

pictobofpictobofMais que cherche-t-on à nous dire au juste ??!! on a plus envie de laisser cette femme tranquille que de tenter de la comprendre. Autant dire que les dernières pages ont été survolées.

Pour cette lecture, les hommes risquent de s’ennuyer un tantinet plus que les femmes… je pense… à moins qu’il ne comprenne un message caché…

Hong-Kong love story

One-Shot (qui fait partie de l’univers Tomoyo composé de plusieurs One-Shot)

Éditeur : La Cafetière & Vertige Graphic

Dessinateur / Scénariste : Mark HENDRIKS

Dépôt légal : deuxième trimestre 2004

ISBN : 2-908981-90-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hong-Kong Love story – Hendriks © La Cafetière & Vertige Graphic – 2004