La Maison qui rêvait (Braslavsky)

Braslavsky © Guy Delcourt Productions – 2021

Souvent dans les villes, tout se ressemble. Pas une ligne courbe pour caresser l’œil, pas une façade qui se dénote des autres façades grises… rien pour retenir notre attention, égayer nos balades, nourrir nos pérégrinations. Ou rarement. 

« La maison » se trouve au détour d’un quartier ordinaire. Elle est atypique, aussi mignonne que biscornue. Un œil de bœuf ouvre une façade parsemée de fenêtres disséminées de-ci de-là sans cohérence apparente. Tout est asymétrique… et ça la rend bigrement mignonne, cette petite maison !

« Aucune fenêtre ne s’alignait sur les autres et on eût été bien en peine d’en compter les étages. Un balcon se transformait subitement en escalier sans qu’on sût pourquoi. Une console ne supportait rien. Quant aux ornements, ils semblaient éparpillés ici ou là, au petit bonheur. »

L’intérieur du bâtiment est à l’instar de l’extérieur. Dans ce lieu insolite vit un petit microcosme de locataires. Ils comptent dans leurs rangs deux retraitées aussi extravagantes que l’excentrique construction dans laquelle elles logent. Judith Pinson et Anne-Marie Fauvette sont des commères hors-pair. Leur sujet de discussion favori ? Parler des causes de leurs insomnies ! Et chaque nuit apporte un récit inédit ! Tantôt elles ont ressenti un froid extrême, tantôt elles ont entendu les cris incessants d’animaux sauvages, tantôt des craquements à faire blêmir une tomate… Et rien de sensé n’explique ces événements nocturnes. Forcément, comment se douter que tout simplement, « la maison » rêve en emporte chaque ses locataires dans ses périples nocturnes !?

Max Braslavsky a imaginé un récit joliment ficelé et réellement original. Très vite, l’intrigue nous ferre, titille notre curiosité et nous invite à poursuivre la lecture. Quel est donc cet étrange sortilège qui expliquerait qu’une maison peut rêver ? Voilà un drôle de mystère que l’on a envie de percer. Avec humour et tendresse, l’auteur nous donne envie de baguenauder sur le sillon narratif qu’il a ouvert et j’avoue qu’il est très agréable de déambuler dans cet univers mi-onirique mi-réaliste. Le dessin est charmant, le trait sensible nous fait baisser les armes et nous attacher aussi bien à ce duos de pipelettes un tantinet déboussolées par la multiplicité et l’étrangeté de ce qu’elles entendent et ressentent dans l’obscurité, lorsque la ville dort. Max Braslavsky a créé une enclave imaginaire dans laquelle on se niche avec délice. Le ton est tantôt enjoué tantôt sérieux. Il y a beaucoup de loufoquerie dans ce scénario qui s’amuse à mélanger le réel et l’improbable avec beaucoup de naturel. Cette intrigue farfelue permet d’aborder des thèmes plus sérieux comme l’entrée dans la vie adulte, les rêves que jeunesse que l’on aimerait réaliser et la vieillesse.

Aussi drôle qu’intriguant, voilà un album jeunesse plein de bonne humeur.

La Maison qui rêvait (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Jeunesse

Dessinateur & Scénariste : Max BRASLAVSKY

Dépôt légal : février 2021 / 56 pages / 13,50 euros

ISBN : 9782413026785

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

2 réflexions sur « La Maison qui rêvait (Braslavsky) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.