Les Gens honnêtes (Gibrat & Durieux)

Gibrat – Durieux © Dupuis – 2017

Le jour de son anniversaire, Philippe reçoit un vélo (cadeau de sa famille) et un coup de fil pour lui annoncer son licenciement (cadeau de son patron). Un coup dur pour Philippe qui reste sourd aux discours optimistes de ses proches. « Fais pas cette tête ! T’en avais ras le bol, de toute façon ! » , « C’est les vacances mon pote ! Faut te faire à l’idée » , « Allez, secoue-toi. Tu vas pouvoir faire du vélo toute la journée ! »
Philippe a pourtant bien raison de ne pas se joindre à la liesse ambiante. Il est si estomaqué qu’il va lentement sombrer, tentant de se raccrocher à la première bouteille qui passe à sa portée. Les choses s’enchaînent très vite ensuite : son ex-employeur ayant délocalisé récemment en Hongrie, il est contraint de faire une croix sur ses indemnités de départ. Quelques semaines plus tard, l’huissier force sa porte et fait emporter tout ce qui a un semblant de valeur. Et comme sa maison était un logement de fonction, Philippe se retrouve à la rue. Tous ses proches le tiennent à bout de bras. Sa fille tente d’apporter sa pierre à l’édifice, Fabrice – son meilleur ami – l’héberge et un copain l’embauche en tant que serveur.
Qu’à cela ne tienne ! Bon an mal an, Philippe se laisse porter par les autres dans sa nouvelle vie tout en faisant l’amer constat de ses échecs. Et puis il faut reconnaître, malgré les tuiles, que la vie réserve tout de même de jolies surprises : sa fille lui apprend qu’il va être grand-père, son plus jeune fils trouve enfin sa voie professionnelle et de nouvelles rencontres vont apporter un souffle d’air frais. Autant de raisons d’aller de l’avant même si rien n’est jamais simple.

Le premier tome de cette tétralogie est sorti il y a presque 10 ans et… la série n’a pas pris une ride. Presque 8 ans entre le premier et le dernier tome et j’aurais poursuivi volontiers s’il y avait eu d’autres tomes. Pourtant, dans les coulisses de la série, il y a eu quelques changements, le principal tient au fait que, faute de temps, Jean-Pierre Gibrat a dû confier entièrement le « bébé » à son compère Christian Durieux. Le lecteur n’y voit que du feu tant on a l’impression que tout est écrit par une seule et même personne.

(Réédition) Les gens honnêtes, tome 3 – Gibrat – Durieux © Dupuis – 2014

Le duo Gibrat-Durieux est sur la même longueur d’ondes. Alors oui, le pari de nous faire aimer ce personnage était risqué. Dès le début, c’est une avalanche de tuiles qui lui tombe sur la tête. Un divorce en cours et des relations avec son ex qui sont plutôt électriques, un licenciement qui annonce une période difficile de remise en question, l’arrivée d’un petit-fils alors que le costume de père ne lui allait déjà pas très bien et en dernier lieu, ce penchant pour l’alcool qui prend des proportions inquiétantes. Le premier tome contient donc beaucoup d’ombres au tableau côté scénario, nous donnant faussement l’impression qu’on s’engage dans une histoire plombante. Ce n’est pourtant pas le cas. Le dessin est enjoué, les boutades fusent et si le personnage principal se laisse aller, son entourage ne l’entend pas de cette oreille.

Au final, on rit de cet humour parfois grinçant, jamais méchant ni trop cynique et nos pupilles savourent ces planches pleines de fraicheur. Les illustrations ont plutôt tendance à border amoureusement cet univers et ceux qui le peuplent. Les couleurs sont gaies mais elles s’autorisent parfois un peu de noirceur pour coller à l’état d’esprit du personnage principal, à ses sentiments, émotions, colères, déceptions… Puis c’est l’occasion de sourire des aléas d’un homme qui a tendance à somatiser pour un rien et ses penchants hypocondriaques prêtent à rire de bon cœur.

Cerise sur le gâteau : un nouveau personnage entre en scène dès le tome 2. Il est libraire et son amour pour la littérature va contaminer tout le récit. Dès lors, des extraits de romans (classiques ou contemporains) s’inviteront régulièrement dans les cases. A savourer.

Je n’étais pas très loin du coup de cœur pour cet fiction. Moment de détente garantie.

Sur les premiers tomes : la chronique de Stephie, celle de LaSardine et celle de Cristie.

Une lecture pour « La BD de la semaine » que l’on retrouve aujourd’hui chez Stephie.

Les Gens Honnêtes

Intégrale
Editeur : Dupuis
Collection : Aire Libre
Dessinateur : Christian DURIEUX
Scénariste : Jean-Pierre GIBRAT
Dépôt légal : septembre 2017
296 pages, 35 euros, ISBN : 978-2-8001-7065-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les gens honnêtes – Gibrat – Durieux © Dupuis – 2017

51 commentaires sur « Les Gens honnêtes (Gibrat & Durieux) »

  1. je me rends compte que je n’ai pas fait de billet pour le troisième tome que j’ai pourtant lu
    quel bon souvenir en tout cas!

    J'aime

    1. Dans « Le Sursis » il y a le contexte historique qui rend aussi les choses plus pesantes (pareil pour le diptyque du « Vol du corbeau »). Ici finalement, le contexte social est réellement secondaire (bon oui, il y a la crise économique et la politique de délocalisation des grosses entreprises mais c’est finalement une aubaine pour notre histoire puisqu’elle lui permet de démarrer)

      J'aime

    1. Oui, mais même quand on apprend le licenciement, les personnages secondaires dédramatisent complètement la situation 😉
      C’est simple mais ce n’est pas simpliste en tout cas

      J'aime

    1. J’ai fait un petit tour sur ton blog. Mais oui… 2013… tu fais partie des tentatrices chez qui j’avais repéré cette histoire !!
      (j’ai rajouté ton lien du coup)

      J'aime

        1. 😉
          Faut dire qu’il y a tellement de nouvelles parutions chaque mois en BD que c’est difficile de suivre. Si il y en a qui y arrivent, je veux bien leur recette !

          J'aime

  2. Quand j’ai commencé à te lire, je me suis dit « Bof, encore une histoire déprimante… ». Et puis, finalement, tu me donnes terriblement envie de découvrir cette courte série.

    J'aime

  3. Bonsoir, comme je suis novice et que je n’ai découvert la bd que récemment, je ne connais pas cette série.
    L’histoire me plaît bien même si le départ n’est pas très heureux !
    C’est noté, Mo ‘ !

    J'aime

    1. En BD tu verras, il y a un choix absolument fou fou, pour tous les gouts 😉
      C’est pour ça que le mercredi est terrible parce qu’on finit toujours par trouver chaussure à notre pied 😉

      J'aime

    1. (je confirme, c’est moche !)
      Tu sais, je constate tout de même que je me rappelle mieux de mes lectures depuis que j’ai le blog. Je pense que le fait de se poser sur l’écrit après la lecture, de réfléchir à l’histoire pour en parler… toussa… ça aide à mieux à retenir.
      Et puis là il faut dire, tu es resté au beau milieu de la série 😛

      J'aime

    1. Alors si tu apprécies déjà ces auteurs, tu vas vraiment bien aimer l’ambiance de la série. C’est frais et sérieux à la fois franchement, un bon scénario

      J'aime

    1. Mince je ne sais pas, je ne connais pas bien ta ville ! :mrgreen:
      Le problème, vois-tu, c’est que tu risques de bien les aimer ces gens honnêtes… 😉

      J'aime

  4. Ping: Invisible |
  5. De Gibrat, j’ai adoré Matéo, le sursis et une autre encore dont le titre m’échappe… Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas encore tout lu ?? Mais celle-ci est noté, pour sûr !

    J'aime

    1. « Le vol du corbeau » ?
      Je n’ai pas encore lu « Mattéo », j’attendais que la série soit terminée mais je crois que c’est la cas depuis peu

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s