La science des cauchemars – Véronique Olvadé et Véronique Dorey

9782364749399Rhoooo chouette, un p’tit nouveau, voilà qui me plait ! Déjà l’année dernière avec ma copine Noukette, on avait été sacrément emballées (si c’est pas déjà fait, découvrir ici et , nos billets  !). Alors évidemment, nous voilà reparties de concert, pour une autre lecture, une autre expérience, un peu étrange, un peu folle, un peu glauque aussi. Dans un univers qui dépote toutafé, celui de Véronique Olvadé mis en dessin par le talent époustouflant de Véronique Dorey…

Un brin d’histoire :

Il était une fois une demoiselle dans une station balnéaire mexicaine un brin sordide. Il était une fois une rencontre entre la dite-demoiselle-sans-sou et un vieil acteur porno aveugle et complètement traumatisé par des cauchemars affreux qui peuplent ses nuits. Il était une fois une quête de remède contre ses mauvais rêves en échange d’un peu d’argent….

Oui, ça donne un peu les chocottes !

On retrouve l’univers foisonnant, riche, fantastique, dingue, étrange de Véronique Olvadé (d’ailleurs ça fleure bon son dernier roman !). Les illustrations de Véronique Dorey, noires, envoûtantes, sublimes donnent un aspect plus sombre au texte poétique. C’est un peu poisseux, un peu irréel, un peu magique, un peu funèbre…. C’est superbe !

J’ai drôlement aimé cet étrange petit livre, dévoré en rien de temps et qui me hante encore des nuits et des nuits après héhé !

Le billet de ma Noukette c’est par là 😉

 

Les premières pages (extrait)

Quand j’avais dix-sept ans j’ai quitté Mexico pour aller à Santa Colonna sur la côte Pacifique. . Je portais les bijoux aztèques de ma grand-mère (des babioles en argent aussi légères que du papier de soie) et mon petit sac de velours dans lequel je n’avais rien mis. Je ne voulais rien de ce qui appartenait à ma mère.
Je voulais simplement voir l’éclipse de soleil qu’on m’avait promise. La comète Johnson passait devant la lune en même temps que la lune passait devant le soleil.
Je suis arrivée à Santa Colonna qui n’était pas la bourgade la plus riante qui soit.
Le front de mer était un front de mer pour les touristes à une époque où il n’y avait plus de touristes – à mon arrivée je ne savais pas encore bien pourquoi : étions-nous en récession ? était-ce la morte saison ? Le fait est qu’il n’y avait pas grand monde, que la supérette était déjà fermée à 16h30 et que ça sentait le renfermé même au grand air.
Je suis allée sur la plage. Je me suis étonnée qu’il n’y ait que moi sur cette plage excepté deux trois surfers polytoxicomanes et quelques chiens errants.
J’ai fini par comprendre qu’on m’avait raconté un bobard. Nulle éclipse. Nulle comète Johnson. Je me suis demandée comment j’avais fait pour croire à un truc pareil. Je n’avais plus un sou vaillant alors je suis restée à Santa Colonna.
Santa Colona avait quelque chose de fondamentalement féodal: il n’y avait pas de classe moyenne. Sur le front de mer les gens vivaient dehors ou dans d’anciennes villas témoins ou dans des mobil-home montés sur des parpaings, abrités pas des palmiers noircis comme passés au napalm et sur les hauteurs les gens vivaient dans des villas ultrasécurisées qui se regroupaient et rayonnaient autour des cliniques de chirurgie esthétique (pivot névralgique de nos collines). Et leurs palmiers étaient aussi verts et solides que s’ils avaient été conçus en résine ignifugée.
Il y avait eu une histoire d’usine d’amiante sur les collines au nord et on disait que la plage était contaminée (contaminée c’est un mot qui fait tellement peur, alors me demanderez-vous avec finesse pourquoi les multimillionnaires étaient restés sur les hauteurs de Santa Colonna, si le littoral était en si piteux état. C’est parce que Santa Colonna bénéficie d’une particularité géographique qui la met à l’abri des typhons, et des raz-de-marée, et de grâce ne m’en demandez pas plus, je ne sais rien, d’ailleurs je ne crois ni à cette affaire de coulures d’amiante ni à ce paradis épargné par les caprices climatiques, je suis un être plutôt sceptique sauf quand il s’agit d’éclipse de soleil).

 

 

 

La science des cauchemars, Véronique Olvadé et Véronique Dorey, Thierry Magnier, 2016.

12 commentaires sur « La science des cauchemars – Véronique Olvadé et Véronique Dorey »

  1. Ça donne pas les chocottes… ça fait envie !! M’en vais chercher des images parce que je suis bien curieuse de voir comment ce livre est fichu 😉
    Bonne journée copine ❤

    J'aime

    1. Tu as lu quoi ?
      « Ce que je sais de Véra Candida » est une merveille ….
      Et ces albums/romans pour grands ne sont pas pour tout le monde je sais, mais ça dépote tellement dans le paysage littéraire actuel !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s