Médée, tome 1 (Le Callet & Peña)

Le Callet – Peña © Casterman – 2013
Le Callet – Peña © Casterman – 2013

Lorsque du sang royal coule dans nos veines, il est rare que l’on puisse se dérober au destin que d’autres se sont chargés de nous tracer. Difficile de se soustraire à certaines obligations, à certains rituels… d’autant plus lorsqu’on est profondément attaché à sa famille et que l’on ne souhaite pas la froisser.

C’est le cas de Médée, personnage issu de la mythologie grecque. Fille du roi Aiétès – régnant sur la Colchide – et de la reine [et nymphe] Idyie (ou Idya), Médée est également la nièce de Circé.

« Médée la scandaleuse. Médée la sorcière, la meurtrière. Médée, le monstre. Voilà ce qu’on dit de moi. Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange. Au milieu de ces voix qui m’accablent, il est temps que je fasse entendre la mienne ; il est temps que je raconte mon histoire. Pour rétablir enfin la vérité » peut-on lire en Quatrième de couverture.

Médée nous invite donc à découvrir son histoire et, fidèle à ses promesses, nous accueille dès la première page de l’album. Elle sait bien qu’elle intrigue et que l’on se méfie d’elle mais sûre d’elle, elle sait que sa confidence incitera un lecteur à s’arrêter et à l’écouter. Alors elle l’attend sur une plage déserte. Discrètement, Médée se contente de vérifier, d’un coup d’œil furtif, que le lecteur lui emboîte le pas. Elle termine juste d’accompagner Chloé, sa servante, dans un endroit calme où elle pourra mourir en paix, bercée par le bruit d’un léger ressac.

Sitôt la mourante allongée au sol, Médée rebrousse chemin. Le poids des années l’accable. Elle cède à la fatigue et, dans un souffle, laisse échapper un aveu :

« Chloé ma pauvre vieille, en te voyant étendue à mes pieds, j’ai bien failli céder. M’allonger contre toi, prendre ta main et compter avec toi les instants. Me laisser mourir, moi aussi. Me laisser délivrer ».

Se ressaisissant, elle choisit de mener à bien son projet de consacrer les derniers jours de sa vie à se rappeler tout le chemin qu’elle a parcouru depuis l’enfance… depuis ce moment où, fillette, elle fut peu à peu arrachée à cette douce innocence et contrainte d’assumer des choix qui n’étaient pas les siens.

Ce premier opus couvre la période qui va de l’enfance jusqu’à la fin de l’adolescence. Avec subtilité, Nancy Peña instille grâce et féminité à son personnage. A mesure que l’on tourne les pages, la silhouette de Médée s’affine, son visage perd peu à peu de sa rondeur enfantine à mesure que ses expressions gagnent en sensualité. Par ailleurs, le lecteur profite pleinement de chaque illustration. Le travail graphique réalisé sur les étoffes et les robes est superbe, les tissus volent au vent et réagissent parfaitement aux mouvements des personnages. Les décors sont fouillés et contiennent de multiples détails (les rainures des écorces des arbres, les éléments architecturaux, peintures, sculpture, gravure sur des vases…). Cet ensemble contribue largement au fait que le lecteur s’immisce rapidement dans l’univers de Médée. Les apparitions ponctuelles de personnages aux expressions figées – ce qui contraste fortement avec le reste de l’album – ne viennent pas grever le plaisir que procure cette lecture.

Le scénario de Blandine Le Callet est riche et semble voyager avec beaucoup d’aisance dans cette période de l’Antiquité. La littérature sur Médée étant déjà bien achalandée, il semblait ambitieux de proposer au lecteur de poser un autre regard sur ce personnage de Médée. Pourtant, Blandine Le Callet a trouvé la bonne approche pour faire taire les réticences de ses lecteurs. On découvre ainsi une enfant joyeuse, semblable à d’autres fillettes si ce n’est qu’elle doit régulièrement se soustraire à ses jeux pour répondre aux obligations de son rang. On découvre également l’éducation singulière qu’elle a reçue et l’étrangeté se son père.

Face à cette fillette qui rit à gorge déployée, le lecteur pose un regard attendri et vierge de tout a priori. La scénariste utilise de Médée comme un filtre grâce auquel nous (re)découvrons le quotidien d’un peuple antique. Magie, cérémonies officielles, rites de passage, drames familiaux rythment le récit. Un soupçon de mysticisme donne corps à une ambiance qui nous enveloppe peu à peu. En somme, voilà un tome de lancement qui construit un univers qui nous est à la fois familier et que l’on sent incarné.

PictoOKAu terme de ce premier volume, les pièces principales ont été posées sur l’échiquier et l’intrigue prend son envol. La dernière page nous annonce l’arrivée d’un bateau… à son bord, il y a certainement le dernier cavalier qui manquait encore, pièce maîtresse du jeu narratif qui se profile. Suspendue aux lèvres de Médée, je n’ai pas vu arriver la fin de cet album d’autant que je suis une inconditionnelle du travail de Nancy Peña. J’ai hâte de pouvoir entendre la suite de son histoire en espérant toutefois que l’attente jusqu’à la sortie du second tome – qui s’intitulera Le couteau dans la plaie – ne sera pas trop longue.

A ma connaissance, cette série devrait comporter quatre tomes.

Les chroniques de Moka, Mango, Yvan et Sophie.

LABEL LectureCommuneAvec cette chronique, je reprends le chemin des échanges. Et c’est grâce à un joli clin d’œil du hasard que ce retour se fais en compagnie de Nancy Peña. Mais ce n’est pas tout ! Lunch me fait l’honneur de m’accompagner et de partager cette lecture commune. Je vous invite chaleureusement à lire sa chronique de Médée en cliquant sur ce lien.

LABEL Lecture AccompagnéeEnfin, pour boucler la boucle, comme par magie, Marilyne m’accompagne et m’épaule suite à un défi amusé que nous nous étions lancé au mois de mai. Pour elle aussi, il s’agit de revenir doucement à l’exercice de la chronique BD. Une parenthèse dans l’actualité littéraire de son site ou un vrai retour aux chroniques BD ? Mystère mystère (toutefois, ma question n’est pas totalement innocente :P) ^^ A cette occasion, elle a jeté son dévolu sur un « vieil » album. Sans nous concerter sur le choix de nos lectures respectives, nous respirons donc à grande bouffée l’air du Sud-Ouest de l’Europe, entre Midi-Pyrénées et Espagne. Découvrez ou redécouvrez en sa compagnie l’album d’Antonio Altarriba et de Kim – « L’art de voler » – en cliquant sur ce lien.

Tout cela est de bonne augure me direz-vous ! En tout cas, j’en suis totalement convaincue !!

Merci à Lunch, à Marilyne et merci à vous tous pour l’accueil que vous m’avez réservé depuis mon retour sur la blogosphère.

Médée

Tome 1 : L’ombre d’Hécate

Série en cours

Editeur : Casterman

Scénariste : Blandine LE CALLET

Dessinateur : Nancy PEÑA

Dépôt légal : novembre 2013

ISBN : 978-2-203-05819-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Médée, tome 1 – Le Callet – Peña © Casterman – 2013

Publicités

20 commentaires sur « Médée, tome 1 (Le Callet & Peña) »

  1. Tu le sais, très heureuse de te relire, je ne pouvais manquer ce rendez-vous. le Bar à BD est ouvert, vive le Bar à BD ^^
    ( quant à ta question, je ne répondrai – à consommer avec modération ? – qu’en présence……… de BD de tes choix 😉 )

    J'aime

    1. Je devrais peut-être mettre mon blog en sommeil plus souvent si à chaque fois c’est l’occasion de te voir revenir à la BD 😛
      (et sinon, je vois que tu n’es pas réfractaire à ce que l’on récidive… j’affûte mes armes et je te mail ;))

      J'aime

  2. Ça fait plaisir de se retrouver ici pour te lire Mo’ et ça me fait d’autant plus plaisir de t’avoir attendue pour cette lecture de Médée : je ne pouvais envisager de publier une chronique de Nancy Peña sans toi 🙂

    J'aime

    1. Je te l’ai déjà dit mais tu es le seul (de nous deux) à avoir cru que ce projet de LC se concrétiserait un jour. Je ne pensais pas que je parviendrais à reprendre ce blog 😉

      J'aime

  3. Mo’, tu ne me vois pas là mais je fais la « olla »…! Ton retour, c’est quand même une des meilleures nouvelle du moment !! Je t’embrasse pour la peine, et plutôt deux fois qu’une ! 😉

    J'aime

    1. Oui. C’est tout de même un « Beau voyage » à faire une escapade dans le pays de la blogosphère. Je ne vendrais pas « La peau de l’ours » trop tôt, je serais très prudente, je choisirais mieux mes lectures, je coifferais ma « Mèche rebelle », dépoussiérerais mon vieux « Tourne-disque »… mais… ahhhhhh… (Noukette sors de mon corps :P)
      J’ai beaucoup de plaisir à revenir. Bon, et puis je vais lire « Lydie » aussi 😉 😛

      J'aime

  4. Ce ne sont que les premières pièces posées sur l’échiquier donc je préfère attendre un peu pour tout lire d’un seul coup (comme dh’ab 😉 mais bon Dieu que ça fait du bien de voir un billet BD sur le comptoir de ton bar 😉

    J'aime

    1. 😀
      J’avance que c’est en 4 tomes sur la fin de mon article mais j’insiste sur le conditionnel. J’ai tenté d’avoir la confirmation de cette info mais sans résultat (et je suis bien d’accord avec toi : Fichtre !! Ça fait du bien de te lire 😉 )

      J'aime

    1. Purée… Lunch répond plus vite que moi sur mon blog 😆
      Donc non Violette, la suite est en cours de réalisation. Peut-être un tome 2 en fin d’année ??? 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s