Poulbots (Prugne)

Prugne © Editions Margot – 2014
Prugne © Editions Margot – 2014

Cet été-là, sur la butte Montmartre, il y a L’Aspic, La Ficelle, Trois Pouces, la belle Manon… ces bandes de titis parisiens qui tue le temps en allant à la chasse à la grenouille ou en faisant les 400 coups. De temps en temps, l’un d’eux se rappelle qu’il est l’heure de rentrer chez lui pour y prendre une ou deux taloches d’un paternel qui tente de faire régner un minimum de discipline sous son toit, dérober un peu de nourriture pour le copain qui découche.

Mais cet été-là, sur leur terrain de jeu de la butte Montmartre, il y a aussi un promoteur qui tente de s’imposer et sans ménagement aucun, s’époumone : « N’oubliez pas que d’ici un an, nous devons avoir fait de ce cloaque le plus beau quartier de la Butte » !

Cet été-là, c’est aussi l’arrivée de Jean – un petit bourgeois – dans la bande de gamins. Arrivé dans le sillage de son père lorsque ce dernier venait évaluer pour la première fois le terrain constructible, Jean accepte docilement de se faire kidnapper par les marmots de Montmartre. Il va passer quelques jours avec ces enfants des rues, se contentant comme eux de trois ou quatre raisins secs un peu rances. Et puis, pas loin, il y a les artistes : Jules Renard, Theophile Steinlen et surtout, Francisque Poulbot qui croque avec tant de tendresse les gamins de Montmartre… à force de voir Poulbot dessiner, de les  côtoyer et de défendre la cause de ces gosses des rues, l’habitude fut doucement prise de les appeler « les poulbots ».

Cet été-là, nous sommes en 1905.

Poulbots – Prugne © Editions Margot – 2014
Poulbots – Prugne © Editions Margot – 2014

Hommage à Francisque Poulbot, hommage aux titis parisiens. Patrick Prugne (Canoë Bay, Frenchman…) fait revivre un Paris d’avant-guerre où les préoccupations des classes sociales ouvrières se limitaient au strict minimum. ainsi, dans la bouche de ces petits marmots, il est question d’expulsions locatives, de la faim qui torpille le ventre… mais d’école, il n’est point question.

Des gosses qui s’épanouissent tant bien que mal dans ce contexte social, s’émancipent à leur manière en fuguant en plein milieu de la nuit pour aller retrouver le copain qui dort dans un abri de fortune. Ils apprennent la vie dans la rue, se regroupent en petites bandes… l’union fait la force. Contrer les tentatives d’approche du clan adverse, se serrer les coudes… Prugne propose un univers proche de celui décrit par Louis Pergaud dans La Guerre des boutons… sauf qu’ici, la richesse ne se compte pas en boutons mais en grenouilles… En revanche, ces petits poulbots n’ont rien à envier côté vocabulaire (châtié] des mouflets de Pergaud.

Des aquarelles nous immergent dans un Paris d’époque. Fraiches et un peu délavées, elles ancrent les personnages dans un univers riche et nous invitent à dévaler les rues avec la vélocité d’un enfant de huit ans. Malgré les conditions de vie précaires des habitants du quartier, le lecteur se laisse bercer par l’espièglerie des gosses de Montmartre. Le coup de pinceau est précis, il s’arrête sur chaque détail (un vêtement, l’architecture d’un bâtiment, une ride…). Quant à la luminosité, on perçoit aussi bien l’éclat aveuglant du soleil lorsqu’il est au zenith, que les lumières plus douces d’un crépuscule. Des teintes de bleu sombre envahissent les cases la nuit venue, enveloppant les personnages dans l’ambiance conviviale des soirs d’été et invitant le lecteur à s’asseoir à leur côté à la terrasse du Lapin Agile.

Enfin, il faut saluer la qualité du travail éditorial qui livre un très bel objet : édité en grand format (24×32 cm) avec en bonus une biographie de Poulbot, quelques affiches d’époque, un carnet de croquis de 20 pages… le tout sur un papier au grain très agréable à toucher.

PictoOKPatrick Prugne fait revivre Montmartre tel qu’il était au début du XXème siècle.

LABEL LectureCommuneJe vous invite à contempler à votre tour ces superbes illustrations qui donnent vie et rondeurs à ce quartier, nous immergent dans une ambiance et nous donnent envie de dévaler les pentes de la Butte avec les poulbots.

Une lecture commune que je partage avec Marilyne. Je vous invite à lire sa chronique en cliquant sur ce lien.

Poulbots

One shot

Editeur : Editions Margot

Dessinateur / Scénariste : Patrick PRUGNE

Dépôt légal : octobre 2014

ISBN : 978-2-9541157-7-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Poulbots – Prugne © Editions Margot – 2014

13 commentaires sur « Poulbots (Prugne) »

  1. Qu’est-ce que j’aime ce dessinateur ! L’album est vraiment très beau, tu as raison de souligner la qualité de l’édition. Il m’attend, je vais très bientôt m’y plonger.

    J'aime

    1. Je découvre Prugne et je découvre la ligne éditoriale de Margot. La rencontre des deux a donné naissance à un très bel objet. Hâte de lire ton avis !

      J'aime

    1. De quoi faire taire les mauvaises langues qui peuvent encore prétendre que les lecteurs sont des gens qui se calfeutrent chez eux 🙂
      Ravie que tu aies apprécié ce magnifique album !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s