Une case en moins (Forney)

Forney © Guy Delcourt Productions – 2013
Forney © Guy Delcourt Productions – 2013

En 1998, Ellen Forney engage une thérapie pour soigner sa bipolarité. Il faudra près de quatre ans, au rythme d’une consultation par semaine dans les premières années, un ajustement permanent de son traitement afin d’être enfin stabilisée.

Dans cet album, elle se livre et raconte le parcours du combattant par lequel elle a dû passer.

C’est vers l’âge de 30 ans qu’Ellen Forney se fait diagnostiquer bipolaire. Lorsqu’on ouvre l’album, la maladie ne fait pas encore partie de son quotidien… du moins, elle est dans le déni. On entre donc dans le récit alors qu’elle est en pleine phase maniaque. A ce moment précis du témoignage, le ton est enjoué, l’auteure est mue par un dynamisme qui semble inépuisable. Elle profite de cette « phase » pour poser quelques termes liés à la maladie et des références comme celle du DCIM IV apparaissent alors. Ellen Forney ne les aborde pas frontalement, se concentrant sur son quotidien et la lente acceptation des symptômes.

Puis, vient la dépression. Les traits de l’auteure sont plus tirés, le volume des mots contenus dans les phylactères diminue de manière significative, le débit narratif ralenti. De nouveau, Ellen Forney s’attarde sur les signes qui définissent le mieux son comportement lorsqu’elle est dans le creux de la vague. Elle est double et en prend pleinement conscience. Une pensée plus réflexive apparaît alors dans son témoignage, c’est l’occasion de revenir sur certains termes rapidement défini lors de sa phase hystérique à commencer par la dissociation des deux phases (la manie et la dépression). N’hésitant pas à se renseigner par le biais d’ouvrages cliniques, de témoignages de patients (souvent des artistes), des études scientifiques… l’auteure chemine doucement dans l’acceptation du symptôme. Pas à pas, elle intègre cette particularité de sa personnalité.

Une case en moins – Forney © Guy Delcourt Productions – 2013
Une case en moins – Forney © Guy Delcourt Productions – 2013

Le scénario retrace une chronologie qui couvre les dix dernières années de la vie de l’auteure. Le témoignage s’ouvre à l’année 1995 alors qu’elle s’apprête à fêter son trentième anniversaire. La période allant de 1998 à 2002 (et correspondant à la durée de la thérapie) est la partie la plus consistante de l’ouvrage. Enfin, les deux derniers chapitres referment progressivement la porte sur la vie de l’auteure, lui permettant de conclure avec recul ce qu’elle retient de cette expérience et ce que cette dernière lui a enseigné.

Côté graphique, c’est une surprise incessante. On passe en permanence de planches basiquement structurées (la découpe classique de la bande dessinée en bandes, ces bandes étant elles-mêmes composées de cases). Mais la plupart du temps, les dessins de Forney s’affranchissent complètement de ces délimitations. Le visuel flotte dans la page, libre… aussi libre que la pensée. Ces interprétations visuelles sont libres et n’hésitent pas à utiliser la métaphore graphique pour suggérer au lecteur l’ampleur d’un mal-être. Dans la partie centrale de l’album, qui correspond à la période la plus critique pour l’auteure, cette dernière reproduit même des croquis extraits de son carnet personnel. Réalisés à la volée ou de manière plus posée, le dessin a effectivement été un exutoire pour Ellen Forney, lui permettant de tenir ses « démons » à distance. Outre le travail psycho-thérapeutique entrepris avec son psychiatre, le fait de dessiner a eu une vertu thérapeutique pour cette artiste.

PictoOKUn témoignage vibrant, troublant et dans lequel l’auteure ne s’épargne pas. Un ouvrage qui me conforte dans le fait qu’il est impossible d’aborder la question de la bipolarité en bande dessinée en rejetant l’idée que le dessin ne peut pas fluctuer dans différents styles graphiques. Ici, Ellen Forney n’a pas hésité à le faire. Du crayonné fin de ses croquis au trait épais de certains passages, d’une planche minimaliste à une planche surchargée, du bien rangé au tout fouillis… voilà qui décrit et porte de façon pertinente les variations auxquels sont soumis les bipolaires. Cette absence de spontanéité graphique manquait cruellement dans Journal d’une bipolaire (et je ne regrette pas les propos que j’ai tenu à l’époque).

Les chroniques de Cathia, David Fournol, Yaki, Jean-Marc Lernould.

Une lecture que je partage avec Mango :

Logo BD Mango Noir

Une case en moins

– La dépression, Michel-Ange et moi –

One shot

Editeur : Delcourt

Collection : Outsider

Dessinateur / Scénariste : Ellen FORNEY

Dépôt légal : octobre 2013

ISBN : 978-2-7560-4334-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une case en moins – Forney © Guy Delcourt Productions – 2013

Publicités

18 commentaires sur « Une case en moins (Forney) »

    1. Le témoignage est tout de même risqué. Sur le même sujet, j’avais lu « Journal d’une bipolaire » ; les dessins lisses de cet album m’avaient fait complètement passer à côté de la lecture. Ici par contre… 😉

      J'aime

    1. Ah oui !! Il est vraiment intéressant cet album. Pas de pathos, pas de lourdeur… sur ce sujet-là, c’était loin d’être gagné !

      J'aime

  1. C’est intéressant de voir la différence entre la phase maniaque et la phase dépressive à travers le texte et les dessins qui changent. Oui, je me laisserais bien tenter ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s