L’Oiseau de Colette (Arsenault)

Arsenault © La Pastèque – 2017

Comme tous les enfants, Colette rêve d’avoir un animal domestique. Alors elle demande inlassablement à ses parents et essuie inlassablement la même réponse : non !
Ça fait peu de temps que Colette et ses parents viennent d’emménager dans leur nouvelle maison. Alors Colette part découvrir son nouveau quartier mais elle ne sait pas bien par où commencer. Très vite, elle fait la connaissance de deux garçons. Passées les rapides présentations, ils lui demandent ce qu’elle faisait avant de les rencontrer. Colette est prise au dépourvu alors elle ment et raconte qu’elle était en train de chercher son oiseau. Les deux garçons souhaitent aider leur nouvelle amie, alors ils l’emmènent voir Lili ; avec sa grosse paire de jumelles, la tribu devrait retrouver l’oiseau de Colette facilement. Mais Lili a une autre idée… et de fil en aiguilles, Colette va découvrir son nouveau quartier par l’intermédiaire de tous les enfants de son âge qui feront désormais partie de son quotidien.

Avec son nouvel album jeunesse, Isabelle Arsenault nous emmène user nos semelles dans le quartier de Colette, quartier qu’elle découvre en même temps que nous. La balade est ponctuée de haltes de chez les enfants du quartier – fille ou garçon – et c’est autant d’amitiés naissantes auxquelles nous assistons. Le même schéma se reproduit systématiquement : un enfant du groupe raconte ce que l’on sait déjà sur cet oiseau et le nouvel arrivant pose une question sur l’oiseau, « obligeant » Colette à mentir de nouveau et à apporter un détail supplémentaire qui doit permettre au groupe de retrouver l’oiseau. Un tout petit mensonge qui la surprend bien moins que l’effet qu’il produit sur les autres. Sans même avoir le temps de revenir sur ses paroles, la voilà embarquée dans un périple aux quatre coins de son nouveau quartier en compagnie des enfants de son âge. Puis le groupe d’enfants, toujours plus gros, se remet en marche vers la maison d’un autre enfant.

L’imagination de Colette n’a pas de limites. La fillette est complètement dépassée par les conséquences de ce qu’elle a provoqué mais elle enchérit à chaque fois. A cet instant-là, les traits de son visage se contractent un peu comme s’il lui était incapable de revenir en arrière pour dire la vérité, comme si elle avait peur de décevoir et perdre d’un coup tous ces nouveaux amis qu’elle connaît à peine. Elle comme fascinée aussi, prise dans son propre jeu qui lui permet de donner corps à son rêve d’avoir un animal à elle… un oiseau que l’imagination de Colette rend facétieux, fugueur et… fantastique !

Le dessin est assez timide en début d’album. Un peu de jaune, un peu gris et du noir rehaussés d’un sépia délavé servent à illustrer les premiers pas de l’enfant dans son nouvel environnement. A mesure qu’elle apporte des détails à son mensonge, on sent l’euphorie gagner les dessins. Les sourires généreux sur le visage des enfants sont communicatifs. On imagine les étoiles dans les yeux de l’héroïne ; elle ment du bout des lèvres mais à mesure que l’engouement de ses camarades grandit, son imagination invente de nouveau détail.

Un récit drôle, optimiste et plein d’entrain qui donne corps au rêve d’une fillette et lui permet d’entrer en douceur dans son nouveau groupe d’amis.
Un récit tendre qui parle du rêve d’une fillette et de solidarité.
Une histoire qui se construit sur un petit mensonge, un mensonge pas très grave mais un mensonge tout de même. Un livre tout doux qui fait rire les jeunes lecteurs et leur donne envie d’avouer quelques petits mensonges qu’ils ont osé dire de-ci de-là… une belle aubaine pour les parents !

L’Oiseau de Colette

One shot
Editeur : La Pastèque
Dessinateur / Scénariste : Isabelle ARSENAULT
Dépôt légal : août 2017
48 pages, 14 euros, ISBN : 978-2-89777-015-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Oiseau de Colette – Arsenault © La Pastèque – 2017

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

13 réflexions sur « L’Oiseau de Colette (Arsenault) »

  1. Je n’ai pas encore vu cet album mais je me souviens que les albums de I.Arsenault sont toujours délicats. ( et puis, elle a très bien choisi le prénom de la demoiselle ^-^ )

    J'aime

    1. (parfait ce prénom ! Ça me rappelle qu’il y a un petit cocktail bien nommé que je gouterais volontiers à l’occasion d’une escapade que j’aimerais pouvoir faire… :mrgreen: )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.