7è Etage (Grennvall)

Grennvall © L’Agrume – 2013
Grennvall © L’Agrume – 2013

« Quand elle arrive dans sa nouvelle école d’art, la jeune Åsa sent qu’elle va enfin prendre confiance en elle. Au cours d’une soirée, le beau Nils vient la séduire et elle en tombe aussitôt amoureuse. Nils devient son chevalier protecteur ; avec lui, Åsa n’a plus peur de se projeter dans l’avenir. Parfois, il a pourtant des réactions étranges : il se fâche si Åsa ferme les yeux quand il l’embrasse, et s’emporte dès qu’elle cesse de prêter attention à lui. Peu à peu, l’idylle se transforme insidieusement en cauchemar, sans qu’Åsa ne comprenne vraiment ce qui se passe. Elle aime tellement Nils qu’elle ferait tout pour qu’il soit heureux avec elle… Elle essaie donc de changer pour devenir celle qu’il voudrait qu’elle soit, mais les choses ne font qu’empirer. Nils l’insulte et l’humilie. Et plus Åsa se soumet, plus Nils devient violent, jusqu’à l’agresser physiquement. Un jour, il va trop loin et Åsa trouve enfin le courage de le quitter. Commence alors une nouvelle épreuve pour se reconstruire… » (synopsis éditeur).

C’est un dessin d’enfant tout scabreux qui nous tient compagnie durant les 80 pages qui constituent cet album. Au septième étage de cet immeuble, se trouve l’appartement d’Åsa Grennvall et de Nils, son compagnon. Insidieusement, la violence s’est installée dans le couple. D’abord psychologique, il ne fallait qu’un pas pour que les coups partent… un pas que Nils a franchi.

Asa Grennvall
Asa Grennvall

Si l’idée d’accepter ce graphisme cagneux et approximatif n’est pas évidente lorsqu’on feuillète l’ouvrage, force est de constater qu’on élude rapidement son apparence disgracieuse lors de la lecture. Trois ou quatre pages sont nécessaires, pas beaucoup plus. Car à l’intérieur de ces cases dont les contours sont tracés à main levée, il y a une jeune femme fragile qui témoigne avec sincérité du traumatisme qu’elle a vécu. 7è étage est un récit autobiographique, Åsa Grennvall n’a pas cherché à maquiller son identité, elle regarde les faits tels qu’ils se sont passés, le propos est cru, elle ne cherche pas à l’atténuer, encore moins à le dramatiser. De fait, on occulte totalement ce qui se passe autour de nous durant la lecture car rien ne compte plus que d’écouter ce témoignage et de lui accorder l’écoute qu’il mérite.

Loin de penser que ce récit m’emmènerait aussi loin, j’ai donc découvert cette jeune femme qui, au sortir de l’adolescence, arrive avec tout son lot de complexes dans une ville de Suède pour y suivre une école d’Arts. Cette adolescente gothique s’émeut rapidement de l’accueil qui lui est réservé, de la place qu’on lui donne dans un cercle d’amis. Surprise, elle a peu à peu pris confiance en elle.

Dans cette école d’Art, tout était différent des écoles où j’avais étudié avant. Ici, tout ce que j’étais (qu’ailleurs on trouvait bizarre, mauvais ou affreux) était cool. Etre ami avec moi était cool. C’était une expérience complètement nouvelle pour moi !

Puis vint la rencontre, l’éclosion de sentiments amoureux et la sensation de bien-être qui y était inhérente. Quelques bizarreries de langage et d’opinions font leur apparition dans la bouche de son compagnon, on n’y prête attention… Åsa n’y avait prêté attention. Le scénario déplie une suite de faits plus déroutants les uns que les autres et montre objectivement, sans se faire juge ni partie, comment une femme accepte inconsciemment de se soumettre à l’emprise d’un homme. La souffrance liée à l’enfermement psychologique dont elle a été victime transpire à chaque page.

Mon Dieu, j’ai tellement honte ! Je sais ce que tu penses !!! « Comment peut-elle être aussi stupide ? Pourquoi est-ce qu’elle ne le quitte pas tout simplement ?!?! » Je sais que c’est ce que tu penses. Mais je te promets que celle qui le pense le plus, c’est moi.

Au final, l’auteure s’efface derrière son témoignage, donnant ainsi l’impression qu’il emporte dans son sillage la souffrance d’une multitude de femmes confrontées à la violence conjugale. Difficile de dire si son compagnon est dément ou tout simplement incapable de contrôler sa jalousie. Quoiqu’il en soit, on a l’image d’un homme qui se cache derrière un masque souriant pour approcher sa proie et une fois que celle-ci est dans ses filets, n’aura de cesse que de modeler sa chose pour qu’elle corresponde à son image de la femme parfaite, capable de répondre et d’anticiper tous ses besoins, totalement dévouée à son bien-être.

PictoOKUn récit pertinent, un témoignage percutant. La violence conjugale et son engrenage. Ce trait balbutiant nous surprend… il ne fait que montrer la fragilité de cette femme à nos yeux. L’auteure ne formule aucun jugement, elle se contente de raconter mais la force suggestive des illustrations et les non-dits font le reste. A lire.

Les chroniques de Cristie, Comme dans un livre, David Fournol, La soupe de l’espace.

Une lecture que je partage avec Mango !

Logo BD Mango Noir

Extraits :

« J’ai appris à respirer sans faire de bruit. Comme ça, je ne risquais plus de respirer au mauvais moment » (7è Etage).

« Règle numéro 1 : le quitter s’il me frappe
Règle numéro 2 : le quitter s’il me frappe
Mais pour aller où ? Quand tu as coupé les ponts avec tout le monde, et que tu as appris à croire que tout est de ta faute et que tu n’as que ce que tu mérites, et que rien de tout cela ne serait arrivé si tu avais fait et si tu avais dit ce qu’il fallait. Et que se passera-t-il si tu t’effondres ? Quelle sera la punition ? » (7è Etage).

7è Etage

One shot

Editeur : L’Agrume

(en partenariat avec Amnesty International)

Dessinateur / Scénariste : Asa GRENNVALL

Traduction : Chloé MARQUAIRE

Dépôt légal : mai 2013

ISBN : 979-10-90743-07-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7è Etage – Grennvall © L’Agrume – 2013

26 commentaires sur « 7è Etage (Grennvall) »

  1. Je l’avais déjà repéré (chez Cristie je crois) mais je dois me rendre à l’évidence, je ne la trouverai jamais ! Les dessins sont spéciaux mais j’aime bien. Ils me font un peu pensé à « Petite terrienne ».

    J'aime

    1. Je n’ai pas encore lu « Petite terrienne » mais, pour avoir lu quelques avis, je suis assez tentée (d’autant que tu fais le parallèle avec l’album d’Ava Grennvall). Je vais voir si l’album est dispo

      J'aime

        1. Tu as raison : le sujet de « Petite nouvelle » n’a rien à voir avec celui de « 7è étage ». Je viens d’aller faire un tour sur la toile, je n’avais plus le synopsis en tête 😉

          J'aime

  2. je l’ai feuilleté (suite à un billet lu quelque part, ma mémoire ne sait pas être pus précise) et j’ai aussi été surprise de mon ressenti plus intense que ce à quoi je m’attendais devant l’apparente candeur des dessins!

    J'aime

  3. C’est un album que j’avais trouvé très fort mais ça fait froid dans le dos…
    J’avais entendu une émission à la radio sur les pervers narcissiques qui correspondent au caractère de l’homme qui l’avait asservie.

    J'aime

    1. J’ai lu ton avis sur Babelio mais je ne l’ai pas retrouvé sur ton blog (que je préfère à Babelio ^^). Je vais tout de même attraper le lien de ta chronique

      J'aime

  4. sacrebleu cette chronique et ce billet ! Oui, c’est toutafé parfait ma copine, ça me plait ❤ merci merci ma copine ❤

    J'aime

    1. Avec plaisir !! Je l’ai vu sur le stand de l’éditeur pendant le Festival. J’ai pensé à toi. Je n’aurais même pas du hésiter et te le prendre. Je me fouette pour l’occasion… pfff

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s