La Ligue des Voleurs (Mazaurette & Dagda)

Mazaurette – Dagda © Jungle - 2016
Mazaurette – Dagda © Jungle – 2016

Douze enfants d’une dizaine d’années, filles et garçons, entre cette année à l’école de la Ligue des voleurs. Au programme, cours de tir, d’infiltration, étude de la cryptographie pour devenir le meilleur braqueur de la promotion ». Pour Clémence, l’école devrait être une formalité. Fille de voleurs, l’art de la rapine fait partie de sa vie et des sujets de conversation depuis qu’elle est toute petite. Comme tous les membres de la Guilde des voleurs, ses parents ont donc inscrit leur enfant à l’école de la Ligue. L’avenir de la jeune fille est tout tracé : elle sera un bandit, comme ses parents. Sauf que Clémence a d’autres rêves, comme celui d’apprendre la géographie, la grammaire, la géopolitique ou la biologie dans une école « normale ».

Des non-dits, des cachotteries, des phrases qui ne sont pas finies et qui en disent longs… tout cela, ce sont les indices que Maïa Mazaurette jette dans les premières pages du scénario. La scénariste met la puce à l’oreille et laisse largement entendre que la situation ne plait pas à sa petite héroïne. En apparence, Clémence file droit, réussi brillamment à l’école, fait la fierté de ses parents. Mais l’enfant a d’autres projets malheureusement pour elle, elle n’a pas les moyens et encore moins la possibilité de les concrétiser. L’auteur imagine un monde bourré de codes de conduite et de secrets. Elle invente un monde secret, une guilde de voleurs qui vit dans la cité. En apparence, tout est normal. Le petit pavillon de banlieue est cosy, la voiture familiale est bien entretenue, les enfants vont à l’école… Le commun des mortels ignore tout de leur activité délictueuse. Mais à l’intérieur du clan, les codes assurent aux membres que le secret est bien gardé. La guilde a ses écoles, ses propres canaux d’informations. Il est impossible d’y entrer, impossible d’en sortir. Il n’est pas autorisé de fréquenter les « gens normaux », encore moins de les inviter chez soi… il y a un petit côté « Harry Potter » là-dedans, Poudlard est remplacé par la Ligue, la magie par le cambriolage.

Une fois qu’on est dans l’état d’esprit adéquat, les dialogues ne sont plus si surréalistes. Un « Je peux prendre 4000 euros, maman ? » est une question tout à fait normale quand on est l’enfant d’un couple de grands bandits. Maïa Mazaurette montre pourtant que les questions sont les mêmes : comment satisfaire les exigences parentales quand celles-ci ne correspondent pas à vos valeurs ? Comment respecter les règles quand celles-ci ne correspondent pas à notre éthique ?

Un album jeunesse au sujet épineux. Ce pourrait être tendancieux mais le personnage de la fillette ne manque jamais de questionner l’ordre établit par cette société secrète et cela semble suffire au jeune lecteur pour relativiser les choses. Le seul bémol est qu’il n’y a qu’un seul personnage pour critiquer le bien-fondé de cette guilde de voleurs et sentir un malaise face au caractère immoral de leurs agissements. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage est à mettre entre les mains d’un jeune lecteur capable de prendre les choses au second degré…

Côté graphique, rien à redire. Les dessins de Céline Liégeois (aka « Dagda ») sont très lisibles et ludiques. Les couleurs chaleureuses sont un peu car elles contribuent à rendre cet univers convivial et attrayant. Après, c’est un travail graphique réalisé à l’ordinateur, avec un rendu tout rond et des contours bien lisses mais vu que ça plait au jeune lecteur, on ne va pas pinailler même si avec une telle illustration en couverture, je m’attendais à un dessin plus fin, plus travaillé, plus… sensationnel. Petite déception à ce niveau.

PictoOKSympathique à lire pour autant, amis lecteurs, j’aimerais avoir vos avis sur ce titre qui me questionne un peu. Je trouve le postulat de départ intéressant car il provoque un peu son lectorat sur les questions de morale. Il me semble aussi que le personnage principal remplit tout à fait son rôle de guide et invite à réfléchir. Et puis il y a ce petit je-ne-sais-quoi dans le scénario que je trouve un peu sournois. Quoi qu’il en soit, cette lecture a le mérite de questionner… et de susciter des échanges d’autant que la fin ouverte est propice à toutes sortes de suppositions ! Vivement la suite !

On a aimé mais ça nous interpelle. Vos avis éclairés sont les bienvenus.

La Ligue des Voleurs

Tome 1

Série en cours

Editeur : Jungle

Dessinateur : DAGDA

Scénariste : Maïa MAZAURETTE

Dépôt légal : mars 2016

48 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-822-21244-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La ligue des voleurs, tome 1 – Mazaurette – Dagda © Jungle – 2016

Publicités

11 commentaires sur « La Ligue des Voleurs (Mazaurette & Dagda) »

    1. Je ne connais pas du tout « Karen Diablo ». Je suis allée fouiller un peu le net pour me faire une idée mais oui, rien que le synopsis me permet de mesure toutes les similitudes qu’il peut y avoir entre les deux séries

      J'aime

  1. Hum, ça a l’air assez atypique ! Je note et viendrai te donner mon avis !
    Moi aussi aujourd’hui je partage un coup de coeur jeunesse, qui pourrait beaucoup te plaire 🙂

    J'aime

    1. Merci. Je veux bien prendre ton avis oui.
      De mon côté, fiston (le grand de 10 ans), l’a relu cette semaine et il continue à apprécier. Mais il y a tout de même quelques éléments dans le scénario qui me chiffonnent. Des valeurs (éducatives, collectives…) que je trouve un peu ambigües. du coup, je suis hyper vigilante aux interprétations que mon fils peut faire. J’ai du mal à expliquer ça (grrr) 😳

      Aimé par 1 personne

        1. Je verrais avec le temps. Déjà, il y a eu plusieurs lectures ici et je suis moins mal à l’aise 😉

          J'aime

    1. Il est fort probable que tu aies raison Syl. Les adultes coupent toujours les cheveux en quatre… Je pense que c’est trop tôt pour que les biblio les mettent au prêt. L’album venait juste de sortir (à deux ou trois jours près) lorsque j’ai publié cet article 😉

      J'aime

    1. Ouhhh, je ne suis pas sûre. Ou alors, tout début du collège 😉 Disons que nos fils ont l’âge idéal au-delà, je doute qu’ils plongent totalement dans l’univers de la série

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s