La Petite Patrie (Jasmin & Grégoire & Rocheleau)

Grégoire – Jasmin – Rocheleau © La Pastèque - 2016
Grégoire – Jasmin – Rocheleau © La Pastèque – 2016

Dans la rue, les enfants jouent à la guerre. Il y a tout d’abord le conciliabule durant lequel les ordres sont prononcés. Pour Tit-Yves, La Lune, Turcotte, Moineau… le combat fait rage. Claude Jasmin fait partie de cette petite troupe. Sa famille vit dans un quartier populaire de Montréal. Son père travaille dans un restaurant, sa mère s’occupe du foyer et des six enfants. Claude a 8 ans. Son quotidien de Claude, c’est l’école dont il ne parle pas trop. Par contre, il passe tout son temps libre avec ses amis, ils font les quatre-cent coups. De temps en temps, il doit aider mère dans les quelques tâches qu’elle lui confie et consacrer quelques heures au prêtre qu’il assiste en tant qu’enfant de chœur. Son père, fervent catholique, aimerait qu’il devienne prêtre.

Mais ce jour-là, alors que Claude joue à la guerre avec ses copains, qu’ils s’entretuent à l’aide de fusils imaginaires, la radio diffuse l’annonce officielle qui se répand comme une trainée de poudre. « La guerre est déclarée ! La guerre est déclarée ! »

Les adultes ne parlent plus que de ça et les suppositions vont bon train. Pour Claude ça ne change pas grand-chose, Noël succède à Halloween, un nouveau copain s’installe dans le quartier, il rencontre sa première amoureuse. Pourtant, quand il regarde un peu ce qui se passe autour de lui, il y a ces scènes d’adieu sur les perrons, des jeunes hommes mobilisés reçoivent une dernière embrassade de leurs parents avant de partir pour la guerre.

Est-ce que tu devras aller à la guerre, papa ?

Normand Grégoire adapte un classique de la littérature québécoise écrit par Claude Jasmin. « La Petite Patrie », roman autobiographique publié en 1972, revient sur cette période particulière de la Seconde Guerre Mondiale et témoigne de la manière dont un enfant a pu percevoir ces événements lointains pour lui qui habite à Montréal, dans un quartier populaire… une petite enclave chaleureuse. Il y a somme toute assez peu de répercussions sur son quotidien du fait que d’une part le conflit armé se déroule sur un autre continent et d’autre part que la bulle protectrice de l’enfance ne le confronte pas directement à cette réalité (les enjeux sont abstraits, il est question de Pologne et d’Hitler mais il n’a pas plus de détails). Je n’ai pas lu l’œuvre originelle et je ne suis donc pas en mesure d’apprécier si cette adaptation lui est fidèle. En teneur, j’imagine qu’elle en respecte l’esprit cependant, je me demande si le rythme de l’histoire est aussi soutenu dans le roman qu’il ne l’est dans cet album. En effet, le scénario se construit grâce à une succession d’anecdotes qui fleurissent le quotidien, à l’instar de cette illustration en couverture où l’on voit l’effervescence d’une rue d’une quartier populaire montréalais : le blanchisseur chinois qui porte un sac de linge, le facteur passe à vélo, un homme se lamente sur le trottoir, deux militaires se promènent dans la rue. Les gens de croisent, se saluent. Au beau milieu de ce brouhaha, le petit Claude observe la scène et au premier plan, la silhouette de cet homme (Claude Jasmin ?) qui semble attablé à la terrasse d’un bistrot… il se remémore… il témoigne, écrit son roman, l’histoire de son enfance.

La petite patrie – Grégoire – Jasmin – Rocheleau © La Pastèque - 2016
La petite patrie – Grégoire – Jasmin – Rocheleau © La Pastèque – 2016

De fait, on est pris par une impression de vitesse en lisant cet album. Les anecdotes se succèdent, elles se suivent sa transition, les saisons passent marquées par les fêtes traditionnelles, les rites de passage comme cette rencontre amoureuse qui surprend le personnage principal en plein vol. L’amour, les petits baisers sur la bouche. On glisse d’une après-midi passée à patiner sur le lac gelé à cette virée à la confiserie pour acheter des bonbons. On passe de la cave d’une maison où les copains se retrouvent pour parler au matin de Noël où c’est le grand déballage de cadeaux. Ça va vite, l’enfance est pleine d’énergie et Julie Rocheleau l’illustre d’un dessin nerveux sur lequel elle pose des couleurs qui changent à chaque scène de vie. L’ambiance graphique est dominée par des teintes de bleus et de verts, couleurs qui seront complétées par des marrons, des ocres, des rouges… créant ainsi une nouvelle bichromie pour chaque nouvelle scénette.

PictoOKL’album se lit vite. Le lecteur est vraiment emporté dans ce tourbillon de vie plein de bonne humeur et d’insouciance. L’amitié, l’amour, la famille et la religion sont les thèmes qui sont mis en avant. Mais le personnage est tiraillé par des inquiétudes autres ainsi, en arrière-plan et grâce au jeu des non-dits (et là est tout l’intérêt du travail réalisé par la dessinatrice), il est question de peur plus intimes liées à la mort et au changement.

La Petite Patrie

(d’après l’œuvre de Claude Jasmin)

One Shot

Editeur : La Pastèque

Dessinateur : Julie ROCHELEAU

Scénariste : Normand GREGOIRE

Dépôt légal : mars 2016

88 pages, 21 euros, ISBN : 978-2-923841-76-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La petite patrie – Grégoire – Jasmin – Rocheleau © La Pastèque – 2016

Advertisements

10 commentaires sur « La Petite Patrie (Jasmin & Grégoire & Rocheleau) »

  1. J’aime j’aime ❤
    merci demoiselle pour jolie découverte ❤
    et pis je t'embrasse ❤
    du doux sur toi ma copine ❤

    J'aime

    1. Album sympathique au demeurant. J’ai bien aimé tous ces temps de jeux entre gamins. L’auteur replonge avec gourmandise dans son enfance 😉

      J'aime

        1. C’est fort possible. « Un air de paradis » d’Arnaud Quéré est susceptible de te faire le même effet (je garde un très bon souvenir de cet album-là 😉 )

          J'aime

    1. Oui, ça permet d’aborder les questions sur la guerre de façon tranquille. Pour le reste, c’est plein d’espiègleries et de bonne humeur. Je pense que ça peut plaire à ce lectorat

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s