Pyongyang (Delisle)

Pyongyang
2003 © Guy Delisle & L’Association

Monsieur Guy débarque à Pyongyang, Corée du Nord, pour y faire un remplacement. Il travaille dans l’animation et effectue les corrections de dessins-animés européens. Nous sommes en 2003 et le contexte dans lequel ce Canadien va devoir s’acclimater est réellement d’un autre temps.

DELISLE propose des ouvrages qui suscitent beaucoup de réactions dans la blogosphère des lecteurs. Voici une découverte d’auteur issue de mes voyages virtuels…

En couverture tout d’abord : marteau, enclume et… sceptre ? S’agit-il là d’un ouvrage qui parle de monarchie ? Non, mais nous n’en sommes pas loin, puisque DELISLE nous permet de poser un regard vitriolé sur la société nord-coréenne, dictature au programme. Tout y passe : propagande, détournements de l’aide humanitaire, vénération sans bornes du peuple à l’égard de son despote…
Delisle décrit son expérience « en temps réel » sans recourir à une quelconque forme de recul temporel. Anecdotes en tout genre, le ton est parfois cocasse mais n’oublie jamais de poser les bonnes questions et, en toute modestie, de formuler des opinions ou d’apporter quelques réponses. Loin de s’imposer au lecteur, ces constats nous incitent très ouvertement à partager une réflexion critique sur les moyens de pression utilisés par le Pouvoir en place (méthodes économiques, coercitives,…) et la confiance aveugle de tout un peuple (plus compréhensible – mais pas pour autant acceptable – pour les populations rurales… mais comment l’expliquer pour les citadins nord-coréens en contacts avec des étrangers et parfois amenés à travailler au long court dans un autre pays… plus démocratique… ?).

Le choix narratif nous amène donc à observer DELISLE dans ce contexte, tentant de ménager la chèvre et le chou, ou plus précisément, tentant de respecter règles de et traditions de son pays d’accueil tout en refusant totalement d’abandonner des principes fondamentaux : liberté d’expression et d’opinion, liberté d’aller et de venir à sa guise… Un jeu subtile de sous-entendus parfaitement imagés et explicites à souhait s’allie à la narration pour accentuer les pointes d’ironie ou clarifier ce que le verbe ne pourrait énoncer sans quelques lourdeurs.

Il acceptera pourtant, avec amertume, certaines réponses évasives. En effet, la quasi-omniprésence de son guide et de son traducteur à ses côtés ne lui permet effectivement pas d’accéder à des interlocuteurs « objectifs » : un étranger n’a pas le droit de se déplacer seul en Corée du Nord, son guide et son interprète vont être ses interlocuteurs imposés. Ils lui apporteront généralement des réponses préformatées et politiquement correctes. L’intervention ponctuelle d’autres personnages secondaires (européens venus pour des raisons professionnelles) nous permet ponctuellement d’avoir accès à un autre niveau de réponse.

Je le fais très rarement, mais j’avais l’impression de ne pas parvenir à vous exprimer clairement mon avis dans mon article. Je vais donc reprendre les termes employés sur un autre site (le lien est sous la citation) :
« Le ton est très juste et donne un parfait décalage entre la vie occidentale telle que la connaît Delisle et le quotidien de ce régime totalitaire qu’est la Corée du Nord. Le moindre détail devient le vecteur d’une réflexion humaine qui ne s’embarrasse ni de questions fumeuses ni de théories fantasques : le narrateur est un Homme comme vous et moi. Ses réflexions sont pertinentes et elles ont un écho que tout lecteur partagera à la lecture de cet album. Les pensées décalées de l’auteur apportent un comique qui constitue un violent contraste avec l’univers décrit. De tous petits détails prennent une importance aiguë dans l’analyse sociologique et politique de ce monde si différent du notre. Des anecdotes du quotidien revêtent un ton croustillant et joyeux qui invitent le lecteur à s’imprégner complètement de cette ambiance atypique » (coinbd.com).

PictoOKUn regard dépourvu de toutes œillères sur la réalité d’une Nation. La présence du roman d’Orwell (1984) vient donner une touche effrontée à l’ensemble, appuyant davantage la pertinence des réflexions de DELISLE. Une réflexion très juste et très humaine.

Ce qu’ils en ont dit ailleurs : BDgest, Lo.

Pyongyang

One Shot

Éditeur : L’Association

Collection : Ciboulette

Dessinateur / Scénariste : Guy  DELISLE

Dépôt légal : mai 2003

ISBN : 9782844141132

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pyongyang © 2003, Guy Delisle & L’Association

Publicités

12 commentaires sur « Pyongyang (Delisle) »

  1. es tu déjà passé par chroniques birmanes ? (son dernier)
    c’est mon préféré je coirs

    dans pyongyang je me souviendrais toute ma vie (si si ca m’a vraiment marqué!!) du pont qu’ils repeignent tous les jours et du mausolée-musée bizarre dans les montagnes [je me trompe pas ?]

    J'aime

  2. Sans doute le moins drôle des trois BD de DELISLE peut-être parce qu’il est vraiment difficile de rire de la pire dictature du monde… on ne peut qu’être atterré face à une telle bétise.

    J'aime

  3. Oui je parlais de ses 3 récits autobio, si on peut dire.
    Et non, jamais eu l’occaz de lire les autres titres… et je me rends compte avec ton billet que c’est mal ! 😀

    J'aime

  4. Pyongyang et Shenzhen sont de grandes BD ou on découvre une autre planète, un monde de science fiction comme le dit Pénélope dans la petite vidéo. Mais « Chroniques Birmanes », j’ai moins accroché. il faudrait pas que Deslile devienne le « voyageur Antoine » des pays communistes !

    J'aime

    1. 😆
      Ça, il faudra attendre quelques années pour le savoir ^^. J’attends de pied ferme Jérusalem, qu’il nous avait promis dans le dernier semestre 2010. J’ai bien aimé Chroniques Birmanes mais je l’ai lu plusieurs mois après les deux autres du coup, je n’ai pas eu l’impression qu’il y avait redondances. D’autant que là, il y a son petit bonhomme sur qui Delisle se base beaucoup dans l’album et qui en fait un album un tout petit peu à part part rapport aux deux autres.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s