Calvin et Hobbes (Watterson)

Calvin et Hobbes - Adieu monde cruel !
Watterson © Editions Hors Collection – 1991

« Calvin & Hobbes est une BD américaine, de Bill Watterson, se présentant sous la forme de comic strips, c’est à dire en des lignes de 1 à 5 images (la plupart du temps 3 ou 4) constituant chacune un gag, puisque destinée à être publiée dans des journaux comme le Daily, le Sunday Express, le Sunday Tribune, le Washington Post…

Calvin et Hobbes - Fini de rire !
Watterson © Editions Hors Collection – 1993

Le premier strip est paru en 1985, et le dernier en 1995, donc malheureusement, il n’y aura plus de nouvel album… car le dessinateur a pris sa retraite.

Calvin et Hobbes - Gare au Psychopathe à rayures !
Watterson © Editions Hors Collection – 1999

La BD raconte la vie quotidienne et mouvementée d’un garçon de 6 ans, Calvin, accompagné de son tigre Hobbes. L’auteur a le génie de savoir décliner certains sujets de gag sans jamais se répéter, ni devenir rébarbatif. Ainsi, il aborde des occupations des enfants comme l’école, les devoirs, les descentes en wagonnet et en luge, Noël,… »

Roaarrr ChallengeJe n’avais jamais eu l’occasion de lire Calvin et Hobbes jusque-là et le fait de voir passer des albums sur vos blogs m’a donné envie de découvrir cette série. Pour le coup, c’est un classique. La série a obtenue plusieurs Prix dont trois Eisner Awards (Calvin and Hobbes : La revanche de la baby-sitter en 1992, Calvin and Hobbes: Attack of the Deranged Mutant Killer Monster Snow Goons en 1993 et pour une intégrale de Calvin and Hobbes en 2006) et un Alph-Art du meilleur album étranger pour le tome 1 (Adieu, monde cruel !) en 1992.

On a à faire à Calvin, un gosse espiègle, capricieux, égocentrique et misanthrope… une vraie peste pour être exacte. C’est un peu Dr Jekyll et Mr Hyde : sa bonne bouille cache un vrai chenapan. Mais ce gamin haut comme trois pommes fait de l’esprit et tout y passe : rôle des parents, école, savoir-être/savoir-vivre… sur des sujets qui bien sûr intéressent notre héros (comment éviter le bain du soir ou s’assurer que le Père Noël lui déposera ses cadeaux, comment être de sûr de pouvoir faire une descente super rapide en luge ou comment sécher les cours…).

A ses côtés, son inséparable Hobbes : compagnon de la première heure, cette peluche prend vie aux côtés de Calvin mais l’enfant est le seul à l’entendre et le voir s’animer. Hobbes et le pendant de Calvin : personnage philosophe, c’est la conscience de Calvin qui tente parfois de pondérer les excès de l’enfant… bien qu’il ne soit pas en reste pour lui susurrer de nouvelles âneries à faire ou de nouvelles expérience à tenter.

Les premières victimes de cette graine de canaille sont ses parents… Confrontés au quotidien à ses excentricités, obligés de le surveiller en permanence pour vérifier qu’il prend bien le bus pour aller à l’école, qu’il fait ses devoirs, qu’il arrête de négocier en permanence au moment des repas… j’en passe et des meilleures. Des parents un peu dépassés par l’attitude de leur enfant et parfois, complètement démissionnaires, ce qui se comprend parfaitement.

Puis vient Susie. En plus d’être sa voisine, la petite fille est également dans la même classe que Calvin. Ce dernier adore s’en prendre à elle. Il use de subterfuges et de farces en tout genre pour parvenir à lui envoyer une boule de neige en pleine bouche (ça compte double), la dégouter de son repas à la cantine (et ainsi prendre sa part), faire en sorte qu’elle accepte qu’il recopie ses réponses pendant une interrogation… Mais la gamine a de la répartie et Calvin a du fil à retordre.

 

Après, il y a Madame Wormwood, sa maitresse… qui compte les jours qui la séparent de la retraite et soigne l’ulcère que Calvin se fait un plaisir d’entretenir. Il y a également Rosalyne, la baby-sitter que l’on n’envie pas réellement (ses tarifs de soirée sont fonction de ce que Calvin lui a fait endurer pendant l’absence des parents) !! Et enfin, Moe, un enfant bagarreur qui s’en prend à Calvin pour se défouler et tous les camarades de classe qui ne sont utilisés que ponctuellement pour servir un gag. Mais aucun d’eux ne sort réellement du lot.

Ce qui fait également la richesse de l’univers de Calvin et Hobbes, ce sont ces digressions permanentes dans le monde imaginaire de Calvin. Bien sûr, elles sont pour le lecteur l’occasion de voir Hobbes s’animer et donner l’échange à l’enfant, mais c’est également l’occasion de suivre ce gamin dans ses délires où on le verra, par exemple, aux prises avec la Méchante Reine des Zogwarg (qui n’est autre que sa mère quand elle fixe des limites pour qu’il obéisse) ou dans la peau de Spiff le Spationaute (super aventurier de l’espace qui lutte contre les extra-terrestres). Quoiqu’il en soit, ses aventures qu’il monte de toutes pièces sont loufoques et drolatiques au possible. Son monde imaginaire prend souvent le pas sur la réalité. Les strips le mettant ainsi en scène démarrent invariablement dans l’univers parallèle de l’enfant jusqu’à ce qu’un « rappel à l’ordre le ramène sur Terre » ce qui donne lui à une case conclusive de strip qui permet au lecteur d’avoir un regard d’ensemble de la scène et de profiter du comique de situation.

Plus fou que Pico Bogue, plus vieux aussi, Calvin est un digne représentant de ces enfants terribles de la BD.

Challenge Bu / Lu
Challenge Bu / Lu

Extraits :

« Calvin – D’après toi, quel est le meilleur moyen d’avoir ce que l’on veut ? Faut-il tenir bon et jamais reculer ou bien faire des compromis ?

Hobbes – Je Pense que mieux vaut tenir bon quand tu peux et faire des compromis quand tu en as besoin.

Calvin – Ça demande beaucoup plus de maturité que j’en aurai jamais » (Fini de rire !).

« L’enfance est courte. La maturité infinie » (Fini de rire !).

Calvin et Hobbes

Tome 1 : Adieu monde cruel !

Tome 5 : Fini de rire !

Tome 18 : Gare au psychopathe à rayures !

Série terminée

Challenge Petit Bac
Catégorie Personne célèbre / Thomas Hobbes

Éditeur : Éditions Hors collection

Collection : Calvin et Hobbes

Dessinateur / Scénariste : Bill WATTERSON

Dépôt légal : tome 1 : avril 1991 / tome 5 : mars 1993 / tome 18 : mai 1999

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Calvin et Hobbes, tomes 1, 5 et 18 – Watterson © Editions Hors Collections – 1991, 1993 et 1999

Advertisements

23 commentaires sur « Calvin et Hobbes (Watterson) »

    1. Oui, c’est amusant. Un petit bout par-ci, un petit bout par-là… j’avais tenté de lire deux albums d’affilée mais il y a un effet saturation qui pointe le bout de son nez tout de même 😉

      J'aime

  1. J’ai lu le premier, il m’a fallu le temps de comprendre que Hobbes était un tigre en peluche 😀
    Tu oublies la référence aux noms de Calvin et Hobbes, une BD bourrée de références loin d’être bêtes !

    J'aime

    1. Hey je ne l’ai pas compris tout de suite non plus. Puis, lorsque j’ai aperçu la peluche amorphe je me suis dit que j’avais raté un truc et j’ai repris depuis le début ^^ Je me bidonne à chaque fois que les parents se fendent d’une réflexion en voyant les bonhommes de neige difformes devant leur maison 😆

      Oui, je n’ai pas parlé des illustres Calvin et Hobbes. J’avais hésité mais… tu as vu la taille de mon article déjà !!?? 😆 VOus m’auriez jeté des pierres si j’avais rajouté un paragraphe en plus 😛

      J'aime

    1. Je ne l’aurais pas tenté. Je me rappelle avoir découvert Mister Bean à l’occasion d’un stage (en France) dans une entreprise britannique. Ils avaient une bibliothèque de vidéos en VO. J’avais repris aussi les Benny Hill que je connaissais… dans un cas comme dans l’autre, j’ai vécu de grands moments de solitude 😆

      J'aime

  2. Je les ai presque tous en VO mais je les ai lus avant le blog ! Ton billet me donne le goût de m’y replonger dedans rien que pour le plaisir de rédiger un billet dessus 🙂

    J'aime

  3. Je fais régulièrement découvrir des extraits de Calvin and Hobbes en cours en VO. Et quand j’ai revu l’un de mes anciens élèves et qu’il m’a dit que depuis, c’était l’une de ses BD préférées, ça m’a fait drôlement plaisir!

    J'aime

    1. Je pense bien, ça fait chaud au coeur quand on constate qu’on est parvenu à transmettre une passion, un centre d’intérêt…
      Dis-donc, Calvin et Hobbes au programme… je n’ai jamais connu un prof qui proposait, en support, de la BD ! Je vois que certains élèves sont mieux lotis que d’autres 😉

      J'aime

    1. Je trouve ça drôle. Je ne crache pas sur un album de temps en temps. Tous contiennent quelques strips truculents. La dernière fois que j’ai emprunté un album, j’ai proposé à mes loustics qu’on le lise ensemble. J’aime beaucoup leurs réactions face à cet humour un peu absurde parfois ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s