Senso (Alfred)

Alfred © Guy Delcourt Productions – 2019

Une panne. Un contre-temps. Qui arrive là, au beau milieu de la chaleur estivale étouffante. Figeant les trains. Retardant les voyageurs. Les obligeant à s’organiser autrement, à la hâte.

Bloqués. Pour quelques heures. Que faire d’autre qu’attendre et prendre son mal en patience ? Et tout croiser pour parvenir à bon port sans trop de complications.

Germano est l’un de ces passagers restés en transit sur le quai. Il est finalement arrivé à destination avec six heures de retard. Plus personne ne l’attend. Il ne lui reste qu’à rejoindre son hôtel à pieds sous un soleil écrasant. Il ne s’étonne même pas quand il comprend que ce retard n’est que la mise en bouche d’une interminable journée où les complications s’accumulent. Il a l’habitude. Sa vie est ainsi faite. Il se contient et trouve en lui la patience et le degré d’autodérision nécessaires pour affronter cette folle journée. Heureusement, elle sera aussi l’occasion de faire la rencontre d’Elena. Une belle et étonnante rencontre… le genre de rencontre qui vous met du baume au cœur.

Alfred. J’ai accroché dès la première lecture. C’était en 2010. J’étais tombée sur « Pourquoi j’ai tué Pierre » et je l’avais emporté avec moi. Ce fut un coup de cœur. Les autres albums qu’il a composés ont suivi le même chemin. Chacun dans leur style, chacun dans leur époque, chacun dans leur ton… ils m’ont plu. Depuis, j’ai cette gourmandise qui me dévore lorsque je m’apprête à ouvrir un nouvel album de cet artiste.

Comme avec « Come Prima » , « Senso » se déroule en Italie. Une nouvelle fois, l’essentiel de l’histoire se passe en extérieur, l’occasion pour nous – lecteurs – de respirer à l’air libre et de profiter de magnifiques paysages. Graphiquement, le décor est absolument sublime. L’occasion aussi de découvrir le quotidien d’un homme solitaire et touchant. Comme Pierre Richard lorsqu’il incarne François Perrin, la malchance cueille notre personnage à la moindre occasion. Il pourrait se laisser abattre mais cela n’est pas dans son tempérament. Il se bat, il lâche prise. Il prend la situation avec humour et écarte la contrariété avec taux de réussite variable.

On rit en voyant ce à quoi il est confronté. On rit tout simplement parce que des situations aussi aberrantes et cocasses, bien évidemment qu’on y a déjà été confronté…. mais pas avec une telle concentration de tuiles dans un laps de temps aussi condensé. On rit de ses réactions spontanées et de son attitude désinvolte. On s’attendrait à ce qu’il ait le réflexe de se pincer pour savoir s’il ne rêve pas. Mais non. Il encaisse… et on rit tant il est blasé des farces mesquines que la vie lui réserve. Sans moquerie, on rit de ce qui lui arrive. Il faut dire que c’est cocasse.

Le scénario est sans à-coups. Tout s’enchaîne naturellement même si c’est si improbable ! Poussés par la surprise et l’amusement, nous tournons les pages, aussi curieux de connaitre la nature du prochain événement qui cueillera le personnage, que plein d’espoir que la vie devienne enfin plus douce pour lui.

Le groupe des personnages secondaires est tout aussi haut en couleurs. Il se compose d’une palette de personnalités originales qui permettent au scénario de jouer de tout et avec tous les registres (amitié, moquerie, racisme, nostalgie, ivresse…) et d’épicer l’intrigue comme il se doit. Un récit bourré de fraîcheur de de drôleries. Un personnage qu’on affectionne très vite. Un rêveur solitaire et altruiste.

Senso – Alfred © Guy Delcourt Productions – 2019

 

Une pépite à lire.

Senso (One shot)
Editeur : Delcourt / Collection : Mirages
Dessinateur & Scénariste : ALFRED
Dépôt légal : octobre 2019 / 158 pages / 19,99 euros
ISBN : 978-2-7560-8284-4

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

18 réflexions sur « Senso (Alfred) »

  1. Moi aussi j’ai découvert Alfred et pris une claque avec Comment j’ai tué Pierre, puis avec Je mourrai pas gibier et ensuite Come prima ♥. Hâte donc de lire celui-ci et vu ce que tu en dis…

    Aimé par 1 personne

    1. Ahhhh ❤ ❤ ❤
      Je ne sais pas pourquoi mais cela ne m'étonne absolument cet engouement 😀 😉
      (merci pour le retour de lecture Nathalie 😉 )

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.