Le Cabinet chinois (Peña)

Le Cabinet chinois
Peña © La Boîte à bulles – 2003

Hollande au 17ème siècle.

Corneel est un jeune étudiant qui veut devenir Alchimiste. Mais pour l’heure, les cours l’Université ne le satisfont pas : trop théoriques, abstraits et donc impraticables. Lorsqu’un mystérieux laboratoire le débauche, Corneel est incapable de contenir sa fougue et accepte… Il quitte la Fac et Magriete, sa fiancée, et part pour prendre ses nouvelles fonctions.

Quelques heures après le départ de Corneel, un  inconnu demande à Magriete de le suivre. L’employeur de cet homme, un riche négociant de soies, la réclame.

Une fois entrée dans la riche demeure, un manoir aux couloirs labyrinthiques, Magriete fait un triste constat : elle est retenue contre son gré parce qu’elle est le sosie parfait d’une ancienne concubine du propriétaire des lieux. Bibelot à l’effigie d’un souvenir amoureux, Magriete doit déambuler dans les interminables couloirs, ravivant à l’occasion d’une rencontre inopinée,  le souvenir d’un amour perdu.

Un jour, elle découvre le cabinet chinois, une pièce fascinante.

Difficile de décrire les univers de Nancy PEÑA pour ceux qui ne les connaissent pas. Ils sont réellement atypiques et la comparaison avec d’autres références « bédétesques » m’est impossible. Le Cabinet Chinois est la première BD qu’elle a publiée en 2003 avec La Boîte à Bulles.

On est transporté par des ambiances suaves. Le dessin est rond, reconnaissable. On y trouve déjà un univers composé d’un subtile mélange entre conte, magie, récit fantastique et aventure onirique. Des pièces d’un puzzle qui vont s’ajouter, se compléter, se déformer pour se ré-assembler.

Il pourrait être ici question d’enfermement et de chimères, d’amour impossible et de femme-objet, d’ambitions démesurées et de toute-puissance. Mais ces thèmes ne s’imposent pas, ce n’est pas eux qui se font le plus remarquer. Suggérés, le lecteur pourra s’en saisir à sa guise.

PictoOKUn univers graphique unique, un huis clos étrange et troublant. Je suis sous le charme. Pour un premier ouvrage d’auteur, je trouve qu’il y a déjà là une certaine maîtrise, bien que je préfère de loin son diptyque Le Chat du Kimono / Tea Party.

Présentation du parcours de Nancy Peña sur Phylacterium.

Extrait :

« Je vais me cogner à tous les murs de cette maison jusqu’à ce que je ne me ressemble plus » (Le Cabinet Chinois).

Le Cabinet Chinois

One Shot

Éditeur : La Boîte à Bulles

Collection : Contre-jour

Dessinateur / Scénariste : Nancy PEÑA

Dépôt légal : octobre 2003

ISBN : 9782849530016

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Cabinet Chinois – Peña © La Boîte à Bulles – 2003

Publicités

8 commentaires sur « Le Cabinet chinois (Peña) »

  1. Tu mets l’eau à la bouche, ça donne envie de savoir ce qui est fascinant dans cette pièce lol. Le dessin a l’air sympa également, je pense que j’y jetterai un oeil si j’ai l’occasion.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s