Ouvrier – Mémoires sous l’occupation, volume 1 (Loth)

Ouvrier - Mémoires sous l'occupation, volume 1
Loth © La Boîte à bulles – 2012

« 1938. Jacques est ouvrier aux chantiers maritimes de Bordeaux Bacalan. Progressivement, avec la guerre en perspective, il voit le monde du travail se durcir et les acquis du Front Populaire être remis en cause… Il continue toutefois à profiter pleinement de ses moments de liberté,  avec son frère Marceau, et ses copains des Auberges de Jeunesse. Mais bientôt, avec la grande débâcle de juin 1940, Bordeaux va apprendre à marcher au pas de l’oie » (Quatrième de couverture).

Initialement, il n’était pas prévu que Bruno Loth donne une suite à Apprenti. En effet, l’auteur explique dans les bonus d’album que son père ne souhaitait pas revenir sur cette période de sa vie puisqu’il y associe nombre de souvenirs douloureux. Pourtant, le travail de mémoire qu’avait réalisé Jacques Loth à l’occasion d’Apprenti semble l’avoir préparé à cette idée de partager d’autres souvenirs.

Ainsi, ce premier tome d’Ouvrier prolonge le témoignage du père de Bruno Loth. Nous l’avions laissé apprenti en 1937 sur le chantier naval de Bordeaux, nous le retrouvons ouvrier un an plus dans ce nouveau volume contenant ses Mémoires.

Le rythme de l’album prend le temps de s’installer. Ainsi, il lui faudra une trentaine de pages pour traiter la période couvrant l’année 1938 et une bonne partie de 1939 (jusqu’au 1er septembre 1939). Cette période précédant celle de l’occupation se consacre au quotidien de Jacques Loth, partagé entre le chantier naval, les moments passés en famille ou avec des amis. Ce long passage préalable à l’occupation souffre d’une narration saccadée : le fait est que le lecteur doit de nouveau s’habituer aux différents protagonistes en même temps qu’il prend connaissance de nouveaux souvenirs de l’époque (week-end en famille, congés payés employés à partir en vacances avec des amis…). On passe rarement plus de trois pages sur un même événement. Cette longue introduction pourrait se résumer à une succession d’anecdotes où l’on profite de nouveau de l’ambiance (nostalgique et joyeuse) que j’avais décrite sur Apprenti ; on pourra notamment profiter de quelques passages chantants (un chant scout, Maurice Chevalier…) auxquels Bruno Loth n’aura plus recourt par la suite.

Sitôt passée la date du 1er septembre 1940, le ton du récit devient plus grave mais la lecture gagne en fluidité. Deux raisons à cela : 1/ des temps consacré aux transitions entre les épisodes font leur apparition et 2/ le laps de temps qui s’écoule entre chaque souvenir est moins conséquent. Le récit trouve ainsi sa cohérence et son unité. Il nous conduit ensuite sans difficulté jusqu’à la fin de ce premier volet consacré aux « Mémoires sous l’occupation ».

Tout comme dans Apprenti, on est une nouvelle fois sensible à la présence d’éléments historiques connus (comme l’exode des Espagnols sous Franco, l’arrivée des troupes allemandes en juin 1940…) et sur lesquels l’auteur prend le temps de s’arrêter si besoin. Ces éléments narratifs aident le lecteur à se situer dans le temps. Enfin, l’ambiance graphique fait la part belle aux gris/blancs avec quelques touches récurrentes de couleurs pour rehausser et tonifier l’ensemble (mais une nouvelle fois, j’avais déjà décrit ce style graphique à l’occasion de mon précédent article).

PictoOKUne lecture agréable qui manque cependant d’un peu de force. Rien ici ne nous permet d’investir les personnages, on reste sur une certaine linéarité dans les émotions que l’on peut ressentir. Intéressée par le témoignage en lui-même, je me suis contentée de rester spectatrice des événements.

Ouvrier – Mémoires sous l’occupation

Volume 1

Diptyque terminé

Éditeur : La Boîte à bulles

Collection : Hors Champ

Dessinateur / Scénariste : Bruno LOTH

Dépôt légal : septembre 2012

ISBN : 978-2-84953-151-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ouvrier, volume 1 – Loth © La Boîte à bulles – 2012

Publicités

12 commentaires sur « Ouvrier – Mémoires sous l’occupation, volume 1 (Loth) »

    1. Effectivement, Bruno Loth explique bien que son père n’était pas dans cette démarche initialement. du moins, il souhaitait ne pas aborder les années vécues durant l’occupation. Il faut croire que le premier album l’a préparé à cette idée.

      J'aime

  1. Merci de me faire découvrir cette BD. J’adore m’informer sur cette période. Mais ne trouve pas grand chose en BD. J’ai lu « La dame de Berlin » de Vautrin, mais j’ai trouvé le fond historique un peu faible.
    Si tu as d’autres BD à me conseiller, je suis preneuse.

    J'aime

    1. J’avais lu « Opération Vent printanier » mais j’ai trouvé la série assez convenue
      Sinon, un peu différent mais regardes du côté de « L’Art de voler » (histoire d’un militant espagnol) qui pour le coup est très bien documenté.
      Regardes aussi sur bdtheque dans la thématique Seconde Guerre Mondiale 😉

      J'aime

    1. C’est vrai que je ne suis pas très enjouée dans mon article ^^ Mais je me suis peut être trop cachée derrière l’ambiance de l’album qui est assez sobre. Mais si jamais tu as l’occasion, commence par Apprenti. JE ne pense pas que le fait de partir directement dans Ouvrier puisse pénaliser le lecteur mais le premier volet des Mémoires situe tout de même les personnages et permet de se sensibiliser au contexte avant d’aborder le thème plus douloureux de l’occupation

      J'aime

  2. Voici une belle découverte, j’étais passé à côté des BD de Loth, va falloir y remédier, réserver le premier opus et commander le second… La proximité avec L’art de voler est un gros avantage : j’avais adoré cette BD !
    Merci et à bientôt !

    J'aime

    1. Je ressens le besoin de préciser un point car je ne suis pas certaine d’avoir été très explicite dans mon article. Le lien que je fais avec « L’art de voler » touche seulement à des événements historiques communs, en l’occurrence : les migrants espagnols détenus dans des camps de fortune, l’étreinte des régimes dictatoriaux.
      En revanche, Bruno Loth a travaillé « Apprenti » et « Ouvrier » avec son père, ce qui n’était pas le cas d’Antonio Altarriba qui n’a pu s’appuyer que sur des carnets contenant les mémoires de son père

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s