Ouvrier, Mémoires sous l’Occupation – Volume 2 (Loth)

Loth © La boîte à Bulles – 2014
Loth © La boîte à Bulles – 2014

Septembre 1942.

Le conflit armé est cette fois bien engagé. Il pèse sur le quotidien des français. Bordeaux est désormais en zone occupée. Pourtant, Jacques Loth décide de revenir s’installer dans la capitale girondine et retrouve son poste aux chantiers maritimes du port.

La vie suit son cours teintée de quelques désagréments, notamment les contrôles d’identité sporadiques et intempestifs des allemands. C’est aussi la BBC que les français tentent de capter pour entendre les messages radiodiffusés de De Gaulle. Et puis, il y a l’inquiétant départ de Marceau pour les camps de travail allemands.

Contre toutes attentes et malgré la difficulté de la situation due à l’occupation allemande, Jacques fait la connaissance de Jacqueline

Ce nouvel album vient clore le diptyque « Ouvrier, Mémoires sous l’Occupation » débuté en 2012. Ce récit retrace une période de la vie de Jacques Loth, le père de Bruno Loth. Et puisque Jacques a toujours eu un penchant pour la bande dessinée, permettant ainsi à son fils de piocher allègrement dans la bibliothèque familiale dès sa tendre enfance, le medium pour porter ce témoignage semblait tout trouvé. En 2006, Bruno Loth démarre Ermo, du nom du héros de la série, un enfant des rues de 12 ans qui veut voyager et fait la rencontre d’un magicien ambulant. L’intrigue débute en 1936. Ils vont ainsi traverser toute l’Espagne alors même que la guerre civile éclate. En six tomes, Ermo relate donc ces années de dictature et la fuite désespérée de nombreux espagnols venus se réfugier en France, dans l’espoir que la situation s’apaise.

Bruno Loth a d’autres publications à son actif mais il faudra attendre janvier 2011 pour que le premier pan de cette série témoignage soit publié à la Boîte à Bulles. Ainsi Apprenti – Mémoires d’avant-guerre introduit le témoignage de Jacques dès lors qu’il entre dans la vie active et prend son poste au chantier naval. Apprenti relate les événements, via l’expérience de Jacques, qui se sont produits de 1936 à 1937 ; un tome suffit pour parcourir ces deux années. Ouvrier – Mémoires sous l’Occupation se présente quant à lui sous la forme d’un diptyque. La Guerre éclate en Europe, projetant la France dans un conflit armé, allant jusqu’à la diviser en deux zones. Bordeaux accuse le coup et apprend à vivre au quotidien en présence des troupes de l’Axe. Le premier volume se consacrait aux années 1938-1941, exposant à la fois le quotidien du personnage et le contexte social dans lequel il est amené à évoluer. Il se poursuit avec ce second volume qui va de 1942 à la fin du conflit.

Le récit se focalise essentiellement sur Jacques sans omettre de relater, bien que cela soit ponctuel, les événements qui ont marqué la mémoire des bordelais (tel le pilonnage de Bordeaux par les Alliés en mai 1943). Pour autant, bien que le lecteur ait conscience que l’intrigue se déroule en pleine période d’Occupation, cela n’est pas omniprésent dans le discours du personnage principal. On comprend que les habitudes de vie sont changées, que le sentiment d’insécurité est omniprésent mais il n’écrase pas le scénario. Un scénario d’ailleurs qui virevolte grâce à l’idylle entre Jacques et Jacqueline. C’est d’ailleurs assez surprenant de pouvoir découvrir comment la vie s’organise en temps de guerre en s’appuyant sur une rencontre amoureuse et le sentiment d’euphorie qui en découle.

Quant au dessin, il profite d’une grande lisibilité. A l’instar des deux premiers tomes, des tons gris-bleu prédominent sur les planches. Pourtant, porté par les effusions de la rencontre, des touches colorées s’immiscent au cœur des pages et apportent davantage de luminosité à cet univers. Ces pointes de couleurs tonifient l’ambiance graphique de l’album et permettent à la fois de donner du rythme à la lecture et d’accroître l’intérêt du lecteur.

PictoOKL’expérience de vie ici partagée permet de découvrir un quotidien en période de guerre. Loin des clichés habituels, des décors de désolation, la tension est ici sous-tendue par l’aspect psychologique du conflit, une pression latente due à la présence des troupes de l’Axe, de l’impuissance des civils à interférer sur la situation.

Ouvrier

Mémoires sous l’Occupation, deuxième partie

Diptyque terminé

Editeur : La Boîte à Bulles

Collection : Hors champ

Dessinateur / Scénariste : Bruno LOTH

Dépôt légal : novembre 2014

ISBN : 978-2-84953-145-7

Bulles bulles bulles…

{slideshow]

Ouvrier, Mémoires sous l’Occupation Vol.2 – Loth © La boîte à Bulles – 2014

4 commentaires sur « Ouvrier, Mémoires sous l’Occupation – Volume 2 (Loth) »

    1. Note note oui 😀
      Si cet « Apprenti » te plait, alors tu le découvriras ensuite « Ouvrier ». Sinon, il restera un éternel jeune homme ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s