Aquaviva, premier fascicule (Trouillard)

Trouillard © Editions de la Cerise – 2015
Trouillard © Editions de la Cerise – 2015

Demain ? Dans 10 ans ? 100 ans ?

Une guerre ou un cataclysme a changé la donne. La ville est déserte, en ruine. Dans ce paysage désolé, des chiens errants (des hyènes ?) se déchirent les restes d’un vêtement. Nul ne sait lequel d’entre eux remportera ce piteux trophée. Soudain, une pierre vient heurter l’un d’eux. Il meurt sur le coup. Au loin, deux hommes surgissent d’un monticule de gravats. Attirés par les grognements des carnivores, ils s’étaient approchés. Le cadavre de l’animal sera leur repas.

Y a-t-il d’autres hommes qui vivent dans les décombres ? Y en-a-t-il d’autres qui, comme ces deux-là, s’écharpent dans une langue qui nous est inconnue, au prétexte d’un borborygme plus haut que l’autre ? On peut le supposer, d’autant qu’un inconnu apparaît. Il gît inconscient au fond d’un baignoire qui dérive sur un cours d’eau. Le seul vêtement qu’il porte est un maillot de bain où figure l’inscription « Aquaviva ».

Immersion dans un monde post-apocalyptique. Le mystère reste entier quant à la nature de la catastrophe qui n’a laissé derrière elle que quelques survivants. Ceux-là savent-ils à quoi servaient les pneus qui s’entassent au milieu de la route ? Ont-ils connu le monde d’avant, celui-là même où l’électricité apportait à la fois chaleur et lumière, où le bruit de la circulation était le flonflon quotidien des citadins, où la vie s’organisait autour d’activités routinières comme le travail, les sorties en familles au parc, au cinéma ? Savent-ils qu’avant, dans les villes, il suffisait de faire un saut au supermarché pour répondre à l’éternelle question de savoir ce que l’on allait manger ?

Guillaume Trouillard jette ces incertitudes dans ses planches d’Aquaviva dont le premier fascicule de la série est sorti en octobre dernier. Les trois premières pages proposent un court préambule en couleurs où l’on voit un jeune homme plonger la tête dans un puits naturel puis, c’est le grand saut dans un univers en noir et blanc, aussi silencieux que l’était la baignade du jeune homme. Tout contraste entre les deux ambiances. Le vert et le bleu si reposants laissent place à des noirs et blancs qui hésitent, qui contrastent, qui se complètent autant qu’ils s’opposent. La végétation disparaît au profond du béton lézardé, de la poussière blanche et sèche, de la saleté des monceaux de détritus. Les restes d’une civilisation hyper-équipée sont devenus les reliefs d’une civilisation en devenir. Tout semble être à reconstruire… à moins que tout soit en cours de destruction ? L’homme est revenu à l’état sauvage, doit ruser pour trouver quelque pitance. La force de l’album est réelle, tant sur le fond que sur la forme.

Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015
Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015

Cet album muet laisse libre court à l’imagination du lecteur, accepte l’interprétation qu’il peut en faire, nourrit les questions qu’il peut avoir. Quant à la forme, il semble qu’ici Guillaume Trouillard ait utilisé pinceau et feutre pour illustrer ce monde. L’œil s’arrête sur les détails graphiques et remarque cet enchevêtrement de dessin, d’éléments de photographies intégrées dans les dessins, des bouts de mots et des lettres découpées dans des journaux. Autant de métaphores graphiques du monde que nous construisons aujourd’hui, de la quantité faramineuse d’objets que nous accumulons… quel héritage laisserons-nous aux générations futures ? Quel exemple donnons-nous aux plus jeunes en matière de respect de l’environnement ? En regardant dans ce puits naturel, le jeune baigneur du début a-t-il une vision cauchemardesque de ce que l’avenir nous réserve ? Voit-il les vestiges d’une civilisation qui a existé avant lui ?

Edité à 475 exemplaires, cet ouvrage est – pour ne rien gâcher – un objet magnifique. La couverture gaufrée est superbement travaillée. Dans le cadre entourant les entrelacs de feuille, une citation qui prend tout son sens sitôt que le lecteur a fait son premier pas dans l’album : « Quant aux choses de la terre, les hommes en ont la domination toute entière. Nous jouissons des campagnes et des montagnes ; les rivières et les lacs sont à nous, nous semons les blés, nous plantons les arbres, nous donnons aux terres de la fécondité par les eaux que nous y faisons venir. Nous arrêtons les rivières, nous les dressons, nous les détournons ; enfin nous nous efforçons par le travail de nos mains de faire dans la Nature comme une autre Nature » (extrait « De la Nature des Dieux » de Cicéron).

PictoOKÇa se lit vite, trop vite. Alors on recommence la lecture, on contemple les planches, on scrute les cases. Quarante-six pages pour ce premier volume d’une série qui devrait regrouper une demi-douzaine de fascicule (en vente uniquement via la boutique de l’éditeur). N’hésitez pas à vous le procurer.

Les chroniques d’Elouarn, AlyPaper et Philippe Belhache.

Une lecture que je partage à l’occasion de ce mercredi BD (les liens des participations sont regroupés chez Stephie)

la-bd-de-la-semaine-150x150

Aquaviva

Premier fascicule

Série en cours

Editeur : La Cerise

Dessinateur / Scénariste : Guillaume TROUILLARD

Dépôt légal : octobre 2015

ISBN : 978-2-918596-10-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015

La fille maudite du Capitaine Pirate, tome 1 (Bastian)

Bastian © La Cerise – 2014
Bastian © La Cerise – 2014

« Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se déployant comme des poupées russes » (synopsis éditeur).

Accueilli par la « carte des Mers d’Omerta et les terres en leur sein », le lecteur peut déjà se laisser aller à imaginer les contours d’une histoire prometteuse et fascinante, avec la part de mystères qui en découle. Quoi qu’il en soit, l’objet-livre est agréable, il a plutôt tendance à attirer l’œil et semble annoncer un agréable voyage imaginaire. Si j’ajoute les critiques enjouées que j’ai lues sur la toile… disons qu’il me semblait que je tenais là un ouvrage que j’allais apprécier.

Puis, apparaît cette fille affublée d’un sourire immense qui lui mange la moitié de son joli minois et d’une tignasse à n’en plus finir. Douée d’un certain sens de la répartie et n’ayant rien à envie aux plus fines lames du pays, voilà un personnage haut en couleurs et qui s’annonce être un guide formidable pour cette lecture. L’intrigue se met rapidement en place, le rythme enlevé du récit nous invite à tourner les pages avec entrain… mais finalement, rien ne m’a réellement permis de m’enfoncer réellement dans cette aventure et d’oublier que finalement, je tiens un livre en les mains.

En cause, des illustrations bien trop chargées. Elles nécessitent des temps d’arrêt régulier afin d’appréhender l’action qui se déroule sous nos yeux voire d’identifier l’identité d’un personnage. Quelques hésitations également quant au sens de lecture à prendre pour suivre le fil narratif qui s’égare souvent dans des illustrations (pleines pages ou structurations à l’aide de cases) richissimes à souhait mais contenant un trop plein de détails. Il y a pourtant de jolies trouvailles graphiques mais cela ne suffit pas à faire passer la pilule.

Le scénario quant à lui tente de trouver un style qui ne parvient jamais réellement à convaincre, un peu trop surfait, un peu trop élaboré… et qui finalement casse totalement le rythme que Jeremy A. Bastian tendait de mettre en place.

pictobofL’ensemble manque de lisibilité. Les illustrations, bien que descriptives, bien que très travaillées – et donnant l’impression que nous baignons au milieu de petites gravures finement ciselées – nécessitent un coup d’œil plus qu’appuyé pour avoir les bons repères spatio-temporels. Le vocabulaire employé donne un petit côté vieillot, en adéquation avec la période durant laquelle l’histoire se déroule, mais le champ sémantique est un autre frein – de taille – qui annihile toute possibilité d’avoir une lecture fluide. Au final, le lecteur est totalement détaché de cet univers. Une lecture absurde, des passages de qualité inégale… et dire que c’est le premier tome d’une série… Il est certain que je n’aurais pas l’idée de lire les tomes à venir.

La synthèse de k.bd.

LABEL LectureCommuneNous voulions repartir en mer avec Sabine. Après l’excellent partage que nous avions fait sur Un océan d’amour, les étendues salées nous semblaient être un très bon terrain de jeu. Malheureusement, j’ai essuyé trop d’avaries durant cette lecture et le voyage n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Ça manquait peut-être de crêpes et de cannelés… Sabine a maintenu le cap… lisez sa feuille de route en cliquant sur ce lien.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Gros mot : maudite

PetitBac2015

La Fille maudite du Capitaine Pirate

Volume Premier

Série en cours

Editeur : La Cerise

Dessinateur / Scénariste : Jeremy A. BASTIAN

Dépôt légal : avril 2014

ISBN : 9782918596059

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Fille maudite du Capitaine Pirate, tome 1 – Bastian © La Cerise – 2014