Les Chemins de traverse (Le Roy & Soulman)

Les Chemins de traverse
Le Roy – Soulman © La Boite à bulles – 2010

Voici un album que l’on m’a conseillé il y a quelque temps déjà  et que La Boîte a Bulles m’a permis de découvrir (un grand merci !). C’est une suite logique de la démarche entamée par Maximilien Le Roy en février 2009 (publication de Gaza, un pavé dans la mer) et  poursuivie en avril 2010 avec Faire le mur. Il continue son exploration du conflit israelo-palestinien et nous propose ici trois témoignages de militants engagés dans la pacification de ce conflit.

Cet ouvrage met une claque au sens propre du terme. Il se découpe en trois parties.

La première, Osama, est le témoignage d’Osama Abu Ayash, un Palestinien de 44 ans. L’histoire d’Osama m’a réellement marquée. Avec des mots simples, il raconte chronologiquement le cours de sa vie et nous décrit les événements marquants de son parcours, l’impact que la guerre a eu sur lui et sur ses proches. Les dessins de Soulman sont sans concession, sobres et mordants, expressifs. Les couleurs choisies campent une ambiance oppressante faisant ressortir les émotions, les peines, les souffrances. On marque des temps d’arrêt dans la lecture pour en mesurer l’impact. Les mots résonnent, les images choquent. Un récit intimiste, grave… un partage d’expérience, une invitation à la réflexion.

Matan est le titre de la seconde partie. Ici, Matan Cohen raconte son parcours et propose des solutions à la résolution du conflit lors d’une Conférence de soutien qu’il a donnée à la campagne internationale de boycott (lancée en 2005, suite à un appel unitaire de 170 organisations palestiniennes). Matan est Israélien. Les dessins épurés de Maximilien Le Roy sont totalement au service du témoignage, mettant le discours sur le devant de la scène… un chois très pertinent. Les mots sont percutants, pesés, pacifiques. Tout comme avec Osama, on fait des pauses dans le récit pour en mesurer la portée et tout ce que cela sous-tend. Un discours qui, malgré tout, se veut optimiste et ne veut pas fermer la porte à l’espoir d’une pacification possible des événements.

Pour clore l’album, une interview de Michel Warschawski faite par Maximilien Le Roy. Cet entretien, placé en fin d’album, englobe les deux témoignages précédents et nous redonne les clés de compréhensions en revenant sur ce passé chargé d’histoire. Il nous offre son analyse et explique pourquoi il milite depuis tant d’années.

Un album qui intègre le challenge « PAL Sèches »

PictoOKPictoOKCe type de BD engagée manque cruellement dans le paysage du 9ème Art. Sans s’imposer à nous, voici trois témoignages d’hommes qui militent pour la paix et qui partagent le même objectif : le rapprochement de deux peuples et le respect des Droits de l’Homme. Je vous recommande très chaudement cette lecture.

Des liens pour compléter cette chronique : alternativenews.org, une biographie de Maximilien Le Roy et son interview par Vincent Henry (La Boîte à Bulles)  la chronique de Sceneario.

Mention Spéciale du Jury Œcuménique de la Bande Dessinée en 2011 pour cet album.

Extraits :

« A la fin de la journée, lorsque nous nous sommes retrouvés tous les deux à l’hôtel, elle était bouleversée. Toutes ces histoires lui avaient fait réaliser que les larmes avaient le même goût salé, quelle que soit la terre de naissance » (Les Chemins de traverse).

« Jérusalem, 28 décembre 2009. D’ici quelques jours, les cotillons, tomberont sur la nouvelle année en lieu et place des bombes sur Gaza, l’An passé » (Les Chemins de traverse).

« C’est à l’âge de 14 ans que j’ai commencé à me rendre dans les territoires occupés. D’abord par simple curiosité, je dirais. C’est là que j’ai pris conscience de la réalité concrète et humaine des Palestiniens. Ils n’étaient plus des numéros ou des caractères typographiques d’une colonne de journal. Ils prenaient une dimension réelle qu’il m’était dès lors impossible d’occulter » (Les Chemins de traverse).

Les Chemins de Traverse

Roaarrr ChallengeOne Shot

Éditeur : La Boîte à Bulles

Collection : Contre-cœur

Dessinateurs : SOULMAN & Maximilien LE ROY

Scénariste : Maximilien LE ROY

Dépôt légal : juin 2010

ISBN : 978-2-84953-103-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Chemins de traverse – Le Roy – Soulman © La Boîte à bulles – 2010

28 commentaires sur « Les Chemins de traverse (Le Roy & Soulman) »

  1. J’ai lu il y a peu « GAZA – en marge de l’Histoire » de Joe Sacco et je te le recommande vivement si tu ne l’as pas lu. C’est dur mais c’est un travail énorme, pas complètement optimiste certes mais qui est d’une grande utilité.

    Si je faisais les classifications des préférences de lecture avec des pouces levés, j’en aurais mis 2 aussi !

    Du coup, forcément, celui-ci me tente bien, j’en est jamais entendu parler.

    J'aime

    1. Oui, j’avais lu ta critique mais je n’avais pas osé commenté. Gaza 1956 est un livre que je veux lire depuis longtemps et celui-ci ne fait que conforter l’intérêt que j’ai pour ce genre de sujets

      J'aime

  2. [j’en AI jamais entendu parlé] voulais-je écrire, je devais pas être complètement réveillée.
    Je te souhaite de t’y plonger et d’apprécier le boulot…

    J'aime

    1. j’en avais lu beaucoup de bonnes critiques, la tienne confirme… j’espère ne pas être déçue (c’est toujours le problème quand on prends trop d’avis sur un album qu’on veut lire… on se fais des représentations, on idéalise et au final, on passe à côté). Je verrais.

      J'aime

    1. je vais le lire aussi, tout comme Gaza, un pavé dans la mer d’ailleurs. C’est une vraie découverte cet auteur. J’ai appris beaucoup de choses sur la situation là-bas. Incroyable, c’est si loin de notre quotidien !

      J'aime

  3. Ce n’est pas le genre de BD vers lequel je me tournerais volontairement, mais avec ton avis j’avoue que je suis tentée de la lire… ce sujet est douloureux mais ça donne envie de la lire.
    Bonne soirée et merci !

    J'aime

    1. ces deux témoignages et l’interview sont vraiment marquants. Je relirais cet album à n’en pas douter. Il remue mais au-delà de ça, il informe et il dénonce.

      J'aime

  4. bien content que notre livre t ait plu, nos propos étaient plus durs quand on a commencé l’album mais on s’est progressivement tournés Max et moi vers des messages d’espoir, en essayant de ne pas tomber dans des lieux communs.

    J'aime

    1. et comment qu’il ma plu !! Ce qui me plait bien aussi c’est que vous passez me lire 😀
      C’est vrai que le message que l’on retient, c’est aussi cette ouverture permise par les témoignages et cette transmission de valeurs comme la tolérance et la solidarité. Je relis rarement mes albums mais Les Chemins de traverse fait partie des rares vers lesquels je reviendrais volontiers. La BD manque quand même cruellement d’ouvrages de cette qualité. Bref, je suis assez conquise.
      Le temps de m’organiser et j’aimerais lire Faire le mur vu qu’il y a un lien, et puis aussi Comme un papillon (parce que je suis curieuse :-)) Vous n’avez pas de blog pour qu’on puisse suivre votre actualité ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s