Enola, tome 1 (Chamblain & Thibaudier)

Chamblain – Thibaudier © La Gouttière – 2015
Chamblain – Thibaudier © La Gouttière – 2015

Une gargouille malicieuse se plaît à arroser les gens qui traversent le parvis de l’église, église dont elle est censée décorer la façade. Ce qui a le don d’agacer le curé de la paroisse qui envisage de détruire la statue incommodante.

Heureusement, Igor, le sonneur de cloches, parvient à convaincre le saint homme qu’une vétérinaire peut certainement les aider, eux… et cette pauvre gargouille qui a forcément ses raisons d’importuner son monde.

C’est ainsi qu’Enola, une fillette très dégourdie, est contactée pour venir en aide à cette gargouille qui s’avère faire des gargouillis bien étranges… Dans un premier temps, Enola suppose que la gargouille a le vertige. On lui trouve donc une place moins élevée en l’occurrence, la fontaine de la place centrale du village. Mais la gargouille continue à se tourner, mouillant par la même occasion les villageois. Ces derniers, agacés, pressent Enola pour qu’elle identifie la cause du problème. Mais la solution n’est pas celle à laquelle on pense…

Dernier né dans les succulentes séries jeunesse des Editions de La Gouttière, Enola s’adresse cette fois à un lectorat légèrement plus vieux que la majeure partie de ses publications. Il sera certainement à ranger aux côtés de La Carotte aux étoiles ou bien encore La Petite famille.

Joris Chamblain (Les Carnets de Cerise) crée de nouveau un personnage sympathique et entrainant. La fillette ne sait se contenter d’une simple consultation et doit, pour affiner son diagnostic, investiguer pour pouvoir comprendre les maux de son patient. L’intrigue est certes cousue de fil blanc mais elle se lit facilement et on suit avec plaisir les pérégrinations de cette demoiselle bienveillante.

Quant à Lucile Thibaudier, elle signe ici sa seconde collaboration avec le scénariste puisqu’ils avaient déjà réalisés ensembles Sorcières sorcières (aux éditions Bac@Bd). On reconnaît au premier coup d’œil le trait de l’illustratrice. La composition des planches varie d’une page à l’autre, réactive au dynamisme de son héroïne et marquant la lecture de quelques pleines pages qui viendront faire un léger temps d’arrêt, aidant ainsi le jeune lecteur à profiter de quelque répit durant sa découverte. Pas de redondance liée à la structure même de la planche qui s’agence naturellement autour de l’intrigue. De plus, les dessins font évoluer avec aisance une enfant et créent autour d’elle un univers enrichit de nombreux petits détails. Pourtant, l’ensemble est d’une lisibilité déconcertante.

PictoOKPremier opus d’une série jeunesse qui ne demande qu’à s’étoffer. Pour le moment, nous n’avons pas, mes jeunes lecteurs et moi, le recul qui nous permettra de dire si oui ou non, Enola rejoindra un duo de personnages déjà forts appréciés ici à savoir Myrmidon et Anuki. A suivre…

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Prénom : Enola

PetitBac2015

Enola et les animaux extraordinaires

Tome 1 : La gargouille qui partait en vadrouille

Série en cours

Editeur : La Gouttière

Dessinateur : Lucile THIBAUDIER

Scénariste : Joris CHAMBLAIN

Dépôt légal : janvier 2015

ISBN : 979-10-92111-18-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enola et les animaux extraordinaires, tome 1 – Chamblain – Thibaudier © La Gouttière – 2015

Advertisements

15 commentaires sur « Enola, tome 1 (Chamblain & Thibaudier) »

    1. Je l’ai lu seule (ce qui est rare pour un album jeunesse, je tiens à le préciser). Mon grand va découvrir ça bientôt et j’ai hâte de connaître son point de vue sur cet univers

      J'aime

    1. J’en suis au même point que toi pour l’attente. Concernant cet éditeur, je suis sereine en revanche. Ils sont sérieux et suivent bien leurs projets. Mais il y a malgré tout cette fichue année à attendre… 🙂

      J'aime

    1. Je butte actuellement sur le refus de mon petit lecteur à le lire. Les couleurs de l’album, un peu trop douces à son goût, lui font penser que c’est un livre pour les filles. Pourtant, avec la présentation que je lui en ai faite, il pense qu’il pourrait aimer. A suivre chez moi. Je le laisse terminer ses lectures en cours avant de lui proposer de nouveau de lire Enola.

      J'aime

    1. Vraiment petits… un peu moins petits que le lectorat habituel de La Gouttière. J’aime bien l’idée qu’ils élargissent la tranche d’âge à laquelle ils se sont jusque-là adressés.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s