Supplément d’âme (Kokor)

Supplément d'âme
Kokor © Futuropolis – 2012

« A Dublin, tous les jours, un homme à l’allure rondouillarde et anodine traverse la ville pour se rendre sur le port et toujours s’installer au bout d’un quai, pour tranquillement déjeuner. Il fait tout pour passer inaperçu. Nul ne sait qui il est, pourtant tout le monde l’épie. Pour les uns, il est muet, pour d’autres, c’est un auteur qui prépare un ouvrage sur la vie des mouettes ou des poissons, voire sur l’origine des espèces » (extrait du synopsis éditeur).

Là, tapis dans le lit de leurs vies ordinaires, Camille, Willie, Kelly, Sam’Body O’FLanagan, Ryan O’Slogan… projettent – sur la silhouette de cet homme-mystère – tous leurs rêves et leurs fantasmes au travers de questions sur l’origine de cet homme ; D’où vient-il ? Où va-t-il ? L’occasion pour nous de les découvrir, de les entendre vivre et de plonger une nouvelle fois dans l’univers magique d’Alain Kokor.

Un immense merci à Futuropolis pour cette découverte et mille compliments émerveillés à destination de l’auteur qui toujours parvient à me faire oublier la réalité.

Ce livre est une ode au bonheur. De ces petits bonheurs simples qui font le piment d’une vie, Kokor crée une histoire intrigante, à la croisée entre la réalité et le monde imaginaire. Un monde mi-réaliste, mi-virtuel où réseaux sociaux et sentiments parviennent à faire bon ménage. De pages en pages, nous naviguons parmi les personnages clés de l’histoire, vivons à leurs côtés des moments en apparence anodins de leurs parcours. Petit à petit, le lecteur assemble ces petits bouts d’existence jusqu’à parvenir à créer un ensemble cohérent où chacun devient une pièce maitresse de ce puzzle de 127 pages.

Un décor intemporel permet au lecteur de se déplacer à sa guise dans ce monde, d’y projeter ses propres représentations sur les zones d’ombre laissées graphiquement en chantier : un visage imprécis, une silhouette floue, un building en construction… quelques croquis épars livrés çà et là au lecteur montrent toute la sensibilité d’un individu, quelques strips mettant en scène les délires humoristiques d’un personnage du récit. Cet ensemble, loin de créer de la confusion, incite le lecteur à s’investir pour élucider la clé de l’énigme avant l’heure. Y parviendra-t-il ? Un univers qui se développe dans des teintes marrons-ocre et illustre les petits rituels rassurants d’un quotidien où parfois, un événement imprévisible surgit. Pour Kokor, ces imprévu semblent faire le sel de l’existence puisqu’il leur associe des couleurs vives, cassant régulièrement la morosité apparente de l’album. Durant ces épisodes colorés, on y retrouve les teintes que l’auteur emploie dans des récits comme Les voyages du Docteur Gulliver ou Le commun des mortels.

PictoOKIntriguée puis charmée, j’ai laissé la lenteur de ce récit m’emporter loin de ma réalité. Doux, tendre et poétique, voici un voyage agréable au pays des relations humaines. Le message qu’il délivre fait mouche sans heurter. Je vous invite à le découvrir en fredonnant :

Une lecture que je partage avec Mango et les lecteurs BD du mercredi

Les chroniques de PaKa, Culturebox, Jack et David Fournol. Ils n’ont pas accroché : William (sur SambaBD) et Jean Loup (sur Coin BD).

Extraits :

« J’ai toujours pensé que les ponts étaient des mains tendues à la poésie. Traverser tous les jours celui-ci m’amenait aux rimes, puis à l’appétit » (Supplément d’âme).

« Deux éléments principaux hantaient régulièrement notre sommeil. Le premier donne des ailes avec sa culminante majorité. 74% des humains peuplant la Terre avaient comme rêve récurrent de la survoler. On les appelle : les hommes oiseaux. Bien sûr, chaque décollage témoignait d’une originalité différente, mais tous se retrouvaient dans les nuages… C’est fou. 74% des Terriens en s’endormant montaient au ciel, leur élément. Moins nombreux dans le second élément, les 20% de Terriens qui s’y plongeaient n’en étaient pas déplumés de rêverie pour autant. Bien plus avides au milieu marin, ils avaient eux, en récurrence de se rêver en son sein. On les appelle : les hommes-poissons (Supplément d’âme).

« Quand on dit oui à un premier rendez-vous, on bascule aussitôt dans un rythme cardiaque nourri de petites phrases sans construction et de bafouillements charmants et crétins, qui n’ont pour seul but que l’immense plaisir de recaler ce oui dans la conversation en y ajoutant tout le piment d’un prénom nouveau » (Supplément d’âme).

Supplément d’âme

One Shot

Éditeur : Futuropolis

Dessinateur / Scénariste : Alain KOKOR

Dépôt légal : juin 2012

ISBN : 9782754803724

Bulles bulles bulles…

Les 6 premières planches sur Digibidi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Supplément d’âme – Kokor © Futuropolis – 2012

Publicités

21 commentaires sur « Supplément d’âme (Kokor) »

    1. Moi aussi ! 🙂 Mais je n’ai plus rien à lire le concernant… sauf si j’opte pour les relectures me diras-tu
      Amatrice de Kokor, je ne le suis pourtant pas en ce qui concerne les récits qui avancent avec lenteur. Sans la « touche Kokor », je serais certainement restée en dehors de cette histoire

      J'aime

    1. N’est-il !?? ^^
      Quant à toi, j’ai vu que tu avais repris un bon rythme de publication ! Tiens, cela me fait penser que je t’ai adressé un mail, histoire de reprendre un vieux sujet de conversation 😛

      J'aime

  1. Ah tu m’ôtes la chronique du clavier. Une petite semaine d’avance sur moi 😀 Désolé, je te lirais la semaine prochaine ^^ Pour le coup, j’ai adoré !
    Pour info, Kokor est en dédicace le samedi 7 juillet à la librairie BD Lib d’Evreux.

    J'aime

    1. Ah ! Mais il fallait bien que je te fasse un peu bisquer en reprenant les publications. Sinon, c’n’est point drôle ^^
      Sinon, je confirme : la qualité du service d’accueil laisse vraiment à désirer ^^

      J'aime

  2. J’ai au ,contraire d’un de mes chroniqueurs (Salut Wil) , été happé par cet univers unique entre poésie et rêverie . Si vous aimez être surpris , cet album est pour vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s