Au-delà des mers (Kokor)

Kokor © Futuropolis – 2015
Kokor © Futuropolis – 2015

La vie est un éternel chassé-croisé entre ceux qui arrivent et qui partent. Ceux qui arrivent pour prendre un nouveau départ, ceux qui partent parce qu’ils ont fait leur temps sur cette terre, ceux qui partent parce qu’ils souhaitent panser leurs blessures, ceux qui arrivent pour accueillir tous ces voyageurs en transit.

Alain Kokor, c’est avant tout un univers, une sensiblerie et un cœur énorme lorsqu’il donne vie à un personnage. Il le prend au berceau, le berce lorsqu’il est fragile et le repose délicatement après lui avoir tenu compagnie plusieurs pages durant. « Balade balade », « Le commun des mortels », « Les voyages du Docteur Gulliver »… voici autant de voyages que ce conteur hors-normes nous a déjà offerts.

Un artiste rare, à la fois poète, philosophe et magicien de l’image, il propose à son lecteur des récits d’une tendresse incroyable. Amoureux de la vie, profondément altruiste, il injecte dans ses scenarii des réflexions contenant à la fois une sublime profondeur et une naïveté troublante. Enfin, Alain Kokor excelle dans l’art de la métaphore et « Au-delà des mers » n’y échappe pas… loin de là. Il me semble même que cet album soit celui qui regorge le plus de métaphores dans ceux qui composent la bibliographie de l’auteur.

« Au-delà des mers » est un prolongement de « Supplément d’âme », album où de mystérieux personnages marins avaient fait leur apparition. On les sentait désireux de nous emmener découvrir leurs profondeurs et c’est logiquement dans les grands fonds marins que cet ouvrage commence. Le lecteur est accueilli par une scène muette de 12 pages où nous tenons compagnie à deux inséparables bestioles aquatiques, fascinées par la lumière du soleil. Leur course folle vers la surface nous fait tournebouler dans les remous avant d’être happés par un horizon à perte de vue, ivres de pouvoir respirer à pleins poumons.

Puis ce préambule se referme. L’histoire peut commencer. Nous sommes au Havre. Quoi de mieux qu’un port pour servir la métaphore de nos vies. Le nouvel arrivant porte tous ses espoirs dans cette nouvelle vie qui s’offre à lui. Celui qui part en fait tout autant, regardant loin devant, espérant y voir peut-être la silhouette de jours meilleurs. Le port est le témoin de ces petites transhumances à taille humaine, de ces ruptures volontaires ou forcées, de ces accueils chaleureux ou méfiants.

Un ouvrage qui parle de la vie et de la mort, de départs et d’arrivées, de deuils et de naissances, de joies et de tristesses… et d’une certaine forme de solidarité humaine, celle qui réchauffe et permet de donner du sens à la vie.

Avec beaucoup d’humour, Alain Kokor mène son lecteur par le bout du nez. Il le fait languir, le mène sur de fausses pistes tout en lui faisant percevoir qu’il a de l’intuition et qu’il n’est jamais très loin de comprendre de quoi il en retourne. L’auteur réalise quelques ellipses ; le récit omet de mentionner des éléments qui pourtant faciliteraient la compréhension. Sur le moment, cela fait pester, cela nécessite éventuellement de reprendre la lecture quelques cases en amont… mais la lecture se poursuit, délicieuse et si mystérieuse. Il y est notamment question d’une certaine Sonia, belle adolescente qui – à défaut de parvenir à disparaitre totalement – parvient du moins à se cacher sous la capuche de son sweet rouge. Il est aussi question d’un certain « Matelot » qui, en attendant le jour de son grand départ et du fait de son grand âge, se rappelle quotidiennement tous ceux qu’il a aimé et qui sont partis avant lui.

PictoOKUne belle musicalité dans cet album qui traite de relations humaines, d’intégration, d’amitiés et de sentiments. L’auteur a certes eu la main un peu lourde sur la métaphore mais le juste dosage de poésie et de tendresse, Alain Kokor nous livre encore une fois un très bel album qu’il faudra laisser cependant décanter un peu afin de profiter de tout son arôme.

LABEL Lecture AccompagnéeUne lecture faite en compagnie de Marilyne qui découvre pour l’occasion le somptueux « Balade balade » !

Au-delà des mers

One shot

Editeur : Futuropolis

Dessinateur / Scénariste : Alain KOKOR

Dépôt légal : juin 2015

ISBN : 978-2-7548-1078-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au-delà des mers – Kokor © Futuropolis – 2015

23 commentaires sur « Au-delà des mers (Kokor) »

    1. Je pense aussi. En fait, je ne conçois pas que quelqu’un reste sur le seuil d’un album de Kokor. Il suffit juste de se laisser porter par la poésie de l’univers.

      J'aime

  1. Quel beau billet. J’ai exactement ressenti ça à la lecture de  » balade, balade « , un voyage vers les profondeurs en douceur, cette tendresse, cet univers fabuleux, cette touche d’humour et de magie. Magnifique rencontre que je te dois.

    J'aime

    1. Tu ne peux pas savoir comme tu m’as fait plaisir en acceptant de découvrir « Balade Balade » ! Merci à toi pour la confiance.
      Et maintenant, j’attends patiemment que tu ouvres d’autres albums de cet auteur, curieuse de savoir si tu les apprécieras autant 😉

      J'aime

    1. I’m happy !!
      M’en vais lire ta chronique d’ailleurs… puisque je sais qu’elle est en ligne depuis ce matin 🙂
      (mais tu as vu, je rattrape mon retard dans les comm’)

      J'aime

    1. Effectivement, je ne suis pas certaine que tu aimeras. Dommage, j’aimerais quand même bien te lire sur Kokor 😦 Mais pas cet album… un autre, j’ai ma petite idée ^^ Quand tu seras prêt, tu me diras 🙂

      J'aime

  2. Je suis plongée avec une certaine perplexité dans Supplément d’âme. J’attends la fin et nous verrons bien ce qui domine… L’admiration et la contemplation poétique ou (comme Jérôme) l’incompréhension royale… Affaire à suivre.

    J'aime

  3. Je l’ai enfin lu et apprécié ! Le Havre me manquait … c’est dure de quitter la mer et la revoici, l’espace d’une lecture. Rien de mieux avec cette chaleur que de se laisser emportée avec Matelot dans les vagues de la vie.
    Merci pour cette super découverte !

    J'aime

    1. Comme je suis contente que tu aies apprécié ce titre !! Je radote énormément avec cet auteur mais il faut le lire (et son « Balade balade » est une pure merveille 😀 )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s